Menu

Politique Publié

Maroc : Les étudiants de Kénitra réclament une enquête suite à une intoxication alimentaire

Intoxication alimentaire, boycott des repas, manifestations des étudiants réclamant l’ouverture d’une enquête et interventions des forces de l’ordre, c’est quasiment le quotidien à l’université de Kénitra, et ce, depuis fin mars.

Temps de lecture: 2'
DR

Après les universités de Fès et Marrakech, c’est au tour de Kénitra de vivre à l’heure de la contestation. Hier, le projet d’une marche des étudiants à destination de la Place Nafoura au centre de la ville a été vite avorté par les forces de l’ordre, causant des blessés dans les rangs des manifestants. Une intoxication alimentaire qui a frappé, fin mars, 49 étudiants, a mis le feu à la poudrière.

Aux multiples demandes d’enquêtes en vue d’élucider les circonstances de cet incident, la présidence de l’université a préféré répondre en faisant appel à la police. Depuis cette date, Ibn Toufail est la scène de vives protestations estudiantines, accompagnées par le boycott des repas, et d’interventions des éléments de la sûreté.

Le ministre Daoudi décline toute responsabilité

Ce qui s’est passé à Kénitra a suscité une vague de solidarité avec les victimes de l’intoxication alimentaire dans plusieurs universités du royaume avec la tenue de sit-in. Face à la montée de l’indignation, le ministre de l’Enseignement supérieur, a opté pour la fuite en avant. Interrogé jeudi dernier lors d’une émission sur Medi1 TV, sur les événements d’Ibn Toufail, le PJDiste Lahcen Daoudi a décliné toute responsabilité, portant le chapeau au président de l’université d’avoir fait appel aux forces de l’ordre. «Tout de même je ne vais pas contrôler toutes les facultés du Maroc» a-t-il lancé au journaliste.

Lahcen Daoudi est un habitué de ce genre de sorties médiatiques. Fin février, interpellé sur le décès à l’Fès de l’étudiant Mohamed Fizazi, le ministre de l’Enseignement supérieur a répondu par un sourire.

En plus de cette intoxication alimentaire, l’université Ibn Toufail de Kénitra a été le théâtre, le 25 mars, d’une intervention des forces de l’ordre contre la tenue de journées culturelles organiseés par l’Union des étudiants du Maroc, contrôlée par Al Adl wal Ihassane.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate