Menu

Article

Hospitalisation de Ghali : Annulation de réunions entre ministres marocains et espagnols

Le départ de Pablo Iglesias du gouvernement espagnol a permis à Rabat et Madrid de reprendre avec enthousiasme le fil de la discussion au niveau des ministres. Après deux réunions fructueuses, la série a été stoppée net suite à l’hospitalisation de Brahim Ghali en Espagne.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

L’hospitalisation de Brahim Ghali à l’hôpital San Pedro à Logrono aura-t-elle raison des préparatifs pour la tenue de la prochaine réunion de haut niveau entre le Maroc et l’Espagne, lancés depuis une dizaine de jours ? C’est du moins ce que laisse entendre l’annulation, sans grand bruit, de rencontres prévues entre ministres des deux gouvernements.

Hier la ministre de l’Education, Mme. Isabel Celáa (du PSOE), devait s'entretenir avec Saaid Amzazi, indiquait le 17 avril l’agence Europa Press. Le média a révélé l’intégralité du programme des rencontres entre les deux parties. Or cette réunion n’a pas eu droit de cité sur l’agenda du 28 avril publié par le site de la primature La Moncloa.

De même pour l’entrevue virtuelle prévue ce jeudi 29 avril entre la quatrième vice-présidente de l’exécutif et ministre de la Transition écologique, Mme. Teresa Ribera (du PSOE) avec son homologue du cabinet Saad-Eddine El Othmani.

Seules deux rencontres ont échappé à l’annulation

Force est de constater qu'avant la crise diplomatique liée à l'hospitalisation en catimini de Brahim Ghali en Espagne, deux rendez-vous entre les membres des exécutifs marocain et espagnol ont eu lieu à distance. Le premier, du 17 avril, entre la ministre du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, Mme. Reyes Maroto (également du PSOE) et Moulay Hafid Elalamy. En témoigne, d’ailleurs, un tweet publié le même jour par le responsable marocain.

Le deuxième a réuni, par visioconférence le 21 avril, le ministre des Transports, José Luiz Ábalos (n°2 du PSOE) avec Abdelkader Amara. A cette occasion, les deux hommes ont abordé la redynamisation du projet de liaison fixe via le détroit de Gibraltar. Ces deux réunions ont donc échappé à la déprogrammation car elles se sont déroulées avant l’évacuation, le 22 avril, du chef du Polisario en Espagne sous une fausse identité.

Ces annulations apportent un nouveau démenti aux propos de la cheffe de la diplomatie espagnole. Arancha Gonzalez avait affirmé, le 23 avril lors d’un point de presse, que l’admission de Brahim Ghali dans un hôpital à Logrono «n'empêche ni ne perturbe les excellentes relations que l'Espagne entretient avec le Maroc». Une assurance malmenée ensuite avec la convocation de l’ambassadeur espagnol accrédité à Rabat et le communiqué officiel du ministère des Affaires étrangères du dimanche 26 avril.

Pour l’heure, ces annulations de rencontres programmées entre les ministres des deux gouvernements ont été passées sous silence en Espagne. L'espoir d'une tempête passagère qui n'oblitérera pas la prochaine réunion de haut niveau entre Rabat et Madrid. En décembre, la crise sanitaire avait été avancée pour justifier le report du sommet. L'argument pourra difficilement être invoqué si les discussions gouvernementales ne reprennent pas.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com