Menu

Article  

Maroc : Jubantouja, un groupe de rock qui donne une voix à Tamazight

Basé à Azilal, Jubantouja est un groupe de rock qui fait de la musique en tamazight et qui est devenu célèbre pendant le confinement sanitaire suite à la Covid-19.

Publié
Ayoub, fondateur et chanteur du groupe Jubantouja. / DR
Temps de lecture: 3'

Quand Ayoub, fondateur et chanteur du groupe Jubantouja, était jeune, il rêvait de faire de la musique. Une musique qui refléte son identité et ce qu'il ressent en tant que natif des montagnes de l'Atlas. L'enclavement de son village et l'accès limité à l'électricité, aux infrastructures et à la technologie ne changeront rien à son amour pour la musique.

Cet amour est né dans la vallée isolée d'Ait Bouali (près d'Azilal), qui abritait le groupe de musique de son père. «La musique a commencé avec mon père, qui était l'un des cofondateurs d'un groupe de musique dans la vallée d'Ait Bouali», confie Ayoub à Yabiladi. «Ils jouaient de la musique différente, issue du folklore traditionnel auquel le village était habitué, comme Ahwach, Ahidous et Aderssi. C'était un groupe à jour, inspiré d'autres groupes célèbres de la région du Souss», se souvient-il.

L'histoire d'Ayoub avec la musique a pris une tournure différente lorsque sa famille a décidé de déménager à Azilal. En raison du manque d'installations scolaires, Ayoub a quitté son douar pour avoir accès à l'électricité, aux installations culturelles et surtout à Internet. «J'ai acheté mon premier ordinateur et ma première guitare», se remémore le chanteur. Grâce à Internet, il découvre d'autres types de musique, se familiarise avec la scène musicale marocaine et se fie davantage à sa passion.

Tout en apprenant à jouer de la guitare, Ayoub commence à écrire des chansons en tamazight, sa langue maternelle. C’est au lycée qu’il décide, avec son frère, de faire un pas de plus : «J'ai rencontré un ami et j'ai décidé de créer un groupe et de chanter dans un événement scolaire.»

Lors de cet événement, le groupe interprète trois de ses chansons originales. Quelques jours plus tard, Ayoub et son groupe sont invités à se produire lors d'un festival universitaire à Beni Mellal.

«C'était la première fois que nous voyagions ensemble pour chanter et la première fois que nous pensions sérieusement à faire de la musique.»

Ayoub

«Jubantouja» ou «Juba from the hill»

Jubantouja ou «Juba from the hill» (Juba depuis la colline) est né, avec des chansons écrites par Ayoub, composées et jouées par d'autres membres du groupe. Depuis, le jeune artiste et ses amis sont sur le chemin de la reconnaissance. En 2015, ils ont été invités par un producteur de musique basé à Agadir à faire une reprise. Une fois sur place, ils décident de chanter l'une de leurs chansons originales. Enregistrée puis dévoilée, la chanson devient un grand succès à Agadir puisqu’elle est chantée dans une langue largement parlée dans la ville.

C'est de là que Jubantouja a décidé de travailler sur un premier album. Avec peu de moyens et aucune expérience dans l'industrie de la musique, le groupe a lancé une campagne de financement pour enregistrer les sept chansons de l'album. «Les amis et les personnes qui ont entendu parler de notre musique ont contribué à notre campagne et grâce à leurs dons, nous avons pu enregistrer les chansons», se souvient le jeune rockeur.

Pour lancer l'album, Ayoub et ses amis ont décidé d'organiser un événement dans la ville pour présenter leur groupe. «Nous avons imprimé des dépliants et parcouru la ville pour les distribuer. Mais personne ne nous connaissait et seulement 20 personnes se sont présentées», ironise le jeune artiste.

Pourtant, le groupe ne s'est pas découragé. Après la sortie de l'album, ils ont filmé des vidéo clips pour certaines des chansons avec l'aide de jeunes photographes de la région. «Nous avons collaboré avec des cinéastes de la région, des jeunes et des amis qui l'ont fait gratuitement. Ils ont compris notre vision et nous nous sommes sentis connectés parce que nous faisions quelque chose que nous aimons», dit-il fièrement.

Musique et confinement

C'est surtout lors du confinement sanitaire lié à la pandémie du nouveau coronavirus, que les jeunes marocains ont découvert le groupe et ont commencé à partager leur musique. «Les gens cherchaient du divertissement et de l'évasion pendant cette période et ils l'ont trouvé dans notre musique», a déclaré Ayoub.

«Notre objectif depuis le début est de rompre avec les stéréotypes auxquels la musique amazighe est associée. Quand on regarde les festivals urbains, on ne voit pas de musique amazighe et c'est dommage que les groupes marocains chantent en anglais, en français et en arabe mais pas en tamazight.»

Ayoub

Jubantouja a réalisé une partie de cet objectif en 2020 en se produisant à l'édition numérique du festival Visa for Music. «Des gens nous ont dit qu'ils se sentaient fiers de leur culture et de leur langue et d'autres ont affirmé vouloir apprendre le tamazight pour comprendre les paroles», confie le jeune artiste avec fierté. «Il y a quelque chose d'émotionnel à écouter de la musique que vous aimez, dans la langue que vous comprenez.»

À travers le rock indépendant et alternatif et d'autres genres musicaux, Jubantouja crée une musique originale qui à la fois ravive l'identité et la langue des Marocains dans tout le pays.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com