Menu

Breve

Sahara : Un convoi de véhicules du Polisario fait escale à Tifariti et se dirige vers El Guerguerate

Publié
Les milices du Polisario à Guerguerate. / Archive - Ph. Javier Otazu - EFE
Temps de lecture: 1'

Des dizaines de véhicules tout terrain, transportant de jeunes sahraouis, ont quitté, hier, les camps de Tindouf à destination d’El Guerguerate avec l’objectif de le bloquer pour plusieurs jours. On apprend que la direction du Polisario a confié le commandement de l’opération à un ancien «wali du camp de Laayoune».

Selon des sources locales, le convoi a fait une escale dans une localité située à l’Est de Tifariti, afin de se ravitailler en carburant, en eau, et en produits alimentaires.

Le convoi devrait atteindre El Guerguerate samedi ou dimanche prochain en parcourant 1 800 kilomètres de pistes. Dans la zone de no man’s land (également appelée Kandahar), ils préboient d'installer des tentes et paralyser le trafic commercial entre le Maroc et la Mauritanie, nous explique une de nos sources locales.

Mais cette opération de blocage divise au sein de la direction du Polisario. «Il est surtout appuyé par Mohamed Lamine Ould El Bouhali, «ministre conseiller à la présidence» et chef de l’armée de réserve, et par Bachir Mustapha Sayed. En revanche Brahim Ghali, soutenu par le secrétariat général de l’organisation politique du mouvement, reste réservé», précise une source locale.

Et de rappeler à cet égard, que le communiqué du 6 septembre de cette instance est assez éloquent. Il a mis en garde les Sahraouis des camps de Tindouf contre la diffusion sur les réseaux sociaux «de déclarations, d’appels, d’initiatives et même de plans émanant de parties non officielles inconnues et de personnes n'occupant aucun poste organisationnel, qui soulèvent des slogans patriotiques appelant à une escalade de la lutte».

Ses auteurs «veulent se substituer à la direction pour mener des batailles et planifier la confrontation avec l'ennemi marocain occupant», dénonce l’organisation dirigée par Khatri Adouh, un homme de confiance de Brahim Ghali. Il a qualifié de telles démarches de «surenchère» avec la volonté de «disperser l’unité des rangs» des Sahraouis.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/