Menu

Média Publié

Le Reporter s’explique sur sa Une liant coronavirus et migrants subsahariens

Temps de lecture: 1'
DR

Vingt-quatre heures après la polémique suscitée par sa Une imputant la propagation du coronavirus aux migrants subsahariens présents au Maroc, l’hebdomadaire Le Reporter tente de se justifier.

Dans un communiqué parvenu à Yabiladi mercredi après-midi, le magazine d’information a soutenu qu’«au moment du choix de la photo, avant agrandissement, personne n’a prêté attention à la couleur de la personne qui y figure et qui est quasi-entièrement couverte, donnant l’impression de porter un masque». Selon la rédaction du support, «l’unique souci était d’avoir une seule personne devant un centre médical, pour illustrer le premier cas apparu ce jour-là au Maroc».

Plus loin, Le Reporter reconnaît que l’illustration a été «le fruit d’une maladroite inattention» et que «si, au final, l’ensemble de la couverture prête à confusion, il n’a jamais été question d’incriminer, ou de stigmatiser, qui que ce soit de quelque couleur que ce soit».

Au Maroc, les six cas testés positifs au coronavirus ne concernent d’ailleurs aucun Subsaharien. Il s’agissait de deux Marocains en provenance d’Italie (une femme de 89 ans décédée et un homme âgé de 39 ans), un touriste français à Marrakech, à travers lequel son épouse et sa fille sont désormais diagnostiqués au virus, ainsi qu'une autre Française. 

Cette triste Une s’ajoute ainsi à d'autres médias qui se sont fendus d’un titre raciste. Après avoir relayé, en novembre 2019, des propos d’une Marocaine qualifiant les Subsahariens de «cafards», le journal Assabah a récidivé en janvier dernier. Intitulé «Les Africains envahissent les passerelles pour piétons à Casablanca», l’article du quotidien arabophone était truffé de propos xénophobes et racistes.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com