Menu

Breve

Affaire «Hamza Mon BB» : Un mandat d'arrêt international contre une Marocaine installée aux EAU

Publié
Un véhicule de la police émiratie. / DR
Temps de lecture: 1'

Les autorités marocaines ont émis, lundi 13 janvier, un mandat d’arrêt contre une Marocaine résidant aux Emirats arabes unis.
 
Selon le média émirati Erem News, il s’agit de Aicha A., une créatrice de mode qui serait impliquée dans l’affaire «Hamza mon BB». «Son nom aurait été mentionné à plusieurs reprises dans les enquêtes menées par les autorités avec les principaux suspects de cette affaire, notamment la YouTubeuse Soukaina Glamour», écrit-on.
  
Et d’ajouter que des enregistrements audio récents attribués à la créatrice de mode ont été divulgués sur les réseaux sociaux marocains, ce qui a poussé certains internautes à appeler à son arrestation.
 
Erem News rappelle qu'il existe un accord de coopération judiciaire entre le Maroc et les Émirats arabes unis et qui permet l'extradition de personnes impliquées dans les affaires entre les deux pays.

Le dossier de «Hamza mon BB» fait les Une des journaux au Maroc, depuis fin décembre, date à laquelle les autorités ont interpellé la chanteuse marocaine Dounia Batma à son arrivée à l’aéroport Mohammed V de Casablanca. Elle a été entendue une deuxième fois, avant qu’elle ne soit poursuivie en liberté provisoire. Sa sœur Ibtissam Batma est également poursuivi.

L'affaire «Hamza mon BB» a éclaté en août dernier lorsque la chanteuse marocaine Saïda Charaf, victime d’une campagne lancée par un compte sur Snapchat et Instagram, avait été la première personnalité à porter plainte contre l'administrateur anonyme de ce compte. Ce dernier révélait des détails sulfureux et intimes concernant la vie privée de plusieurs personnalités marocaines, dont des stars, depuis déjà plusieurs mois.

Le 16 septembre dernier, le principal auteur et propriétaire des comptes a été arrêté puis traduit devant le tribunal de première instance de Marrakech. Il a été poursuivi pour «diffamation, injure, dénigrement, harcèlement sexuel et violation de la vie privée de plusieurs personnes sur Internet».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/