Menu

Terrorisme Publié

La Nouvelle-Zélande embarrassée après un nouveau courrier du terroriste de Christchurch

Temps de lecture: 1'
Brenton Tarrant, auteur des attentats de Christchurch, perpétrés en mars dernier en Nouvelle-Zélande. / DR

Brenton Tarrant, l’auteur des attentats terroristes de Christchurch en Nouvelle-Zélande, perpétrés en mars dernier, a adressé un courrier depuis la cellule de sa prison hautement sécurisée. Longue de six pages, elle était adressée à un certain «Allan» et a ensuite été publiée par un utilisateur du forum 4chan, consulté par de nombreux suprémacistes blancs, indique Franceinfo.

Dans ce document daté du 4 juillet, Brenton Tarrant affirme avoir voyagé pendant un mois en Russie, en 2015 et évoque un «grand conflit» en préparation.

Cinq mois après les attentats lors desquelles 51 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées, la mise en ligne de ce courrier a suscité nombre de réactions en Nouvelle-Zélande.

«Nous n’avons jamais eu à gérer un détenu comme cela auparavant», a déclaré le ministre des Services pénitentiaires, Kelvin Davis, tout en rappelant que la loi néo-zéalandaise n’autorisait les directeurs des établissements à conserver les courriers d’un détenu que dans un nombre «très restreint» de cas de figure. Le ministre s’est également dit opposé à ce que Brenton Tarrant puisse entretenir une telle correspondance.

«Après examen, nous reconnaissons que cette lettre aurait dû être refusée. Nous avons modifié la gestion du courrier de ce prisonnier», a encore affirmé le ministre dans un communiqué. «Je me renseigne pour savoir si nos lois sont toujours adaptées et j’ai demandé conseil pour savoir quels changements nous pourrions apporter», a-t-il ajouté, selon des propos rapportés par l’agence Associated Press (AP).

De son côté, la Première ministre, Jacinda Ardern, qui a promis de ne jamais prononcer le nom de Brenton Tarrant afin de ne pas lui offrir une publicité, s’est également émue de la publication de ce courrier, lors d’un déplacement aux îles Tuvalu. «Je pense que les Néo-Zélandais espèrent que cet individu ne puisse pas être en mesure de partager ses messages de haine depuis sa cellule», a-t-elle déclaré.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com