Menu

Politique Publié

Crise libyenne : Le Maroc rejette l’option militaire

Temps de lecture: 1'
Guma El-Gamaty, envoyé personnel du chef du gouvernement d’union nationale en Libye reçu par Nasser Bourita, le 17 avril 2019 à Rabat. / Ph. MAECI

Après deux jours d’attente, l'envoyé personnel du chef du gouvernement d’union nationale en Libye, Guma El-Gamaty a été reçu mercredi par Nasser Bourita.

«Le Maroc suit avec une grande inquiétude la situation en Libye, notamment à la lumière de l’escalade militaire à l’entrée de la capitale Tripoli et les conséquences qui peuvent en découler en termes de tragédies humaines et son impact sur la stabilité dans ce pays du Maghreb», a déclaré à la presse le chef de la diplomatie marocaine à l’issue avec l’émissaire libyen.

Une nouvelle fois, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale a réitéré le rejet du royaume de «l’option militaire». Elle «ne peut que compliquer davantage la situation en Libye et affecter la stabilité et la sécurité des citoyens», a expliqué Nasser Bourita. «Le dialogue demeure la voie idéale pour traiter toutes les questions entre les différentes parties libyennes» a-t-il plaidé.

Le Maroc prend ainsi position contre l’offensive lancée, depuis le 4 avril, sur Tripoli par les forces du général Khalifa Haftar, soutenu financièrement et politiquement par l’Egypte, les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite. Une position qui est proche de celle adoptée par le Qatar.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com