Menu

Politique Publié

Pays-Bas : La disparition d’une Marocaine remet en cause la coopération judiciaire avec le Maroc

L’affaire concernant la disparition et le meurtre présumé de Ilham B. donne du fil à retordre aux autorités néerlandaises. Et pour cause, le principal suspect se trouve au Maroc depuis 2012.

Temps de lecture: 2'
Ilham B. est portée disparue depuis 2010. / Ph. DR

La mystérieuse disparition d’une ressortissante d’origine marocaine fait couler beaucoup d’encre aux Pays-Bas. En effet, cette énième affaire trahit les multiples failles qui entravent la coopération judiciaire entre le Maroc et les Pays-Bas.

L’affaire concernant la disparition et le meurtre présumé de Ilham B. remonte au 10 janvier 2010, jour de sa disparition rapporté par sa mère, résidente au Maroc. Son corps n’a jamais été retrouvé, mais depuis le début de l’affaire, la justice a les yeux rivés sur son mari, un certain Kassem M., qu'elle considère comme le principal suspect. Après huit mois d’incarcération, il a été libéré mais demeure le principal suspect pour la justice. En 2012, ce Maroco-néerlandais né à Amsterdam s’est installé définitivement au Maroc avec leur fils.  

Une requête restée lettre morte  

Le procès aura lieu jeudi 8 novembre, et le ministère public pense pouvoir prouver que Kassem M. «contrôle toute cette affaire», précise la radio RTV Noord. Cependant, son arrivée au Maroc a rudement compliqué le dossier.

Les autorités marocaines auraient en effet saisi le passeport du suspect, même si cette information reste pour l’heure incertaine, précise la même source. Le tribunal de Groningue (nord des Pays-Bas), en charge de l’affaire, a par ailleurs tenté à maintes reprises de relancer la coopération judiciaire avec le Maroc, mais ses tentatives se sont jusqu’à présent montrées infructueuses, d’après le procureur Corien Fahner.

Début 2018, le ministère public a également présenté une demande d’assistance judiciaire au Maroc pour que Kassem M. puisse se rendre au Pays-Bas. Une requête à laquelle les autorités marocaines n’ont pas donné suite. Pourtant, «l’accusé a le droit d’assister à son propre procès et souhaiterait s’y rendre», défend son avocat Fred Kappelhof.

Peur de provoquer «une émeute diplomatique»

Ce lundi, lors d’une session formelle entre les juges et le procureur, le recours à l’ambassade des Pays-Bas a été suggéré par les magistrats. Mais selon Corien Fahner, «les relations entre les deux pays sont actuellement délicates (…) On m’a conseillé de ne plus entreprendre de démarches. Je ne veux pas provoquer une émeute diplomatique. Tout ce qui a pu être fait l’a été, mais sans résultat».

Le tribunal de Groningue a prononcé un ordre de coopération dans l’espoir que «les autorités marocaines soient sensibles aux pressions exercées» par le tribunal. De son côté, l’avocat de Kassem M. se rend cette semaine au Maroc pour s’entretenir avec son client.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate