Menu

Sport Publié

Mondial 2026 : Les territoires rattachés aux États-Unis pourront voter

La FIFA a annoncé récemment que toutes les fédérations pourront voter pour le choix du pays-hôte lors du Mondial 2026. Cette déclaration intervient après que le Maroc a dénoncé un conflit d’intérêts si les territoires rattachés aux Etats-Unis pourraient voter le 13 juin prochain.

Temps de lecture: 2'
Le siège de la FIFA à Zurich en Suisse. / Ph. DR

La FIFA s’est exprimée concernant le vote des territoires rattachés aux Etats-Unis pour le choix du pays-hôte de l’organisation du Mondial 2026, affirmant que ces derniers pourront voter le 13 juin prochain, indique l’agence de presse américaine AP.

Dans une lettre adressée à la FIFA, le Maroc a soulevé la problématique, estimant que le vote des territoires rattachés aux Etats-Unis, en l’occurrence les Samoa américaines, Guam, Porto Rico et les îles vierges des Etats-Unis, serait conflictuel. Toutefois, ces derniers disposent de quatre fédérations de football différentes ; chaque territoire a donc le droit de voter.

En revanche, les pays candidats à l’organisation du Mondial 2026 n’auront pas le droit de voter lors du congrès de la FIFA, le 13 juin prochain, où plus de 200 fédérations choisiront entre la candidature marocaine et le trio Etats-Unis, Canada et Mexique.

Dans un communiqué parvenu à l’agence de presse américaine AP, la FIFA déclare : «Les fédérations de la FIFA ont le droit de participer et de voter lors du congrès de la FIFA. Concernant les conflits d’intérêts potentiels qui entourent la procédure du vote pour l’élection du pays-hôte du Mondial 2026, aucune fédération n’a notifié la FIFA de son intention de ne pas exercer ses fonctions en relation avec la procédure de candidature.»

Pas de conflit d’intérêts

Un porte-parole de la FIFA, contacté par le quotidien britannique The Guardian, a déclaré que toutes les fédérations auront le droit «de participer et de voter» lors du congrès à Moscou en juin prochain, ajoutant qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts.

En octobre dernier, un règlement concernant la candidature au Mondial avait été diffusé : selon l’article 4.2, une délégation ayant un conflit d’intérêts «devrait décliner sa participation à la procédure du vote». De plus, la délégation «devrait notifier le secrétariat général de la FIFA immédiatement» du conflit d’intérêts.

Un porte-parole de la candidature américaine a déclaré à la même source : «La FIFA est organisée autour de fédérations de football et c’est ce qui vous permet de voter. (…) Il n’est pas question de savoir qui est sous l’autorité de qui, mais de qui dispose d’une fédération de football. Les Îles Féroé ont une fédération de football, l’Iran aussi… C’est une compétition internationale, pas les Nations unies.»

Ce n’est pas la première fois que le Maroc proteste contre les règles établies par la FIFA concernant le Mondial 2026. En avril dernier, Fouzi Lekjaa, président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), avait envoyé une lettre à Gianni Infantino, président de la FIFA, pour dénoncer les «changements non divulgués» apportés aux critères d’éligibilité, quelques heures avant la date limite du dépôt des candidatures.

En mars, Moulay Hafid Elalamy, chef de la candidature marocaine, avait également mis en cause l’impartialité du président de la FIFA suite à des propos de Gianni Infantino concernant l’offre nord-américaine. Le président de la FIFA avait déclaré que «les candidatures conjointes étaient certainement positives».

Les préoccupations marocaines avaient été prises au sérieux par la Fédération internationale de football, qui a répondu dans un communiqué en déclarant que «le président de la FIFA ne participera pas au vote du congrès, ni aux travaux du groupe de travail».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com