En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié

Article 105 du règlement intérieur du PJD : Dernière carte des fidèles de Benkirane

Les fidèles de Benkirane abattent leur dernière carte. Après la bataille perdue au sein du secrétariat général pour un 3ème mandat consécutif pour Abdelilah Benkirane, ses fidèles abattent leur dernière carte. Selon leur interpération du règlement intérieur modifié en 2012, l'actuel secrétaire général n'en serait pas à son deuxième mais à son premier mandat. Explications. 

Temps de lecture: 2'
Mohamed Yatim et Abdelilah Benkirane / Archive - DR

A deux jours du début du 8e congrès du PJD, la confrontation entre les pro et les anti-Benkirane est montée d’un cran. Les premiers viennent de sortir leur dernière carte : l’article 105 du règlement intérieur du parti approuvé lors du 6e congrès en 2012. C'est à l'occasion ce conclave que les islamistes avaient introduit des amendements aux statuts de leur formation. Ainsi, l’article 16 qui autorisait en 2008 le secrétaire général à briguer un 3e mandat avait été réduit à seulement deux.

L’article 105 précise surtout que ces modifications n’ont pas d’effet rétroactif. Forts de cet argument, les fidèles de Benkirane clament que le débat sur le 3e mandat est nul et non avenu puisque, selon eux, le secrétaire général n'a fait qu'un seul mandat depuis 2012 et donc habilité à rester aux commandes de la Lampe pour quatre années supplémentaires.

Yatim promet un «dialogue interne» après le congrès

Le recours à cette carte-joker est à même de fragiliser davantage l’unité du PJD et augure d'une confrontation entre deux camps prêts à en découdre en vue d’imposer leurs positions respectives.

Ainsi, et comme nous l'avions annoncé précédemment, la grande réunion des islamistes prévue les 9 et 10 décembre se déroulera officiellement à huis clos. Une annonce faite par Mohamed Yatim, le président de la commission préparatoire, dans des déclarations au site d’information al3omk proche d’Aziz Rebbah.

Les invités marocains et étrangers, les observateurs issus du PJD ainsi que les médias n’y sont pas les bienvenus ; une première dans l’histoire de ce parti. Le congrès se résumera à une scène où devraient s’écharper les deux courants à l’abri des caméras et des micros des journalistes.

«Notre principale priorité est de réussir le congrès au niveau organisationnel en attendant que les conditions le permettent pour effectuer une évaluation de l’étape dans sa totalité, notamment la gestion par le parti de la formation du gouvernement», a expliqué Yatim. Et ce dernier de promettre qu’une fois le conclave terminé, une réunion se tiendra consacrée au «dialogue interne pour procéder à cette évaluation, loin des pressions de l’échéance du congrès».

Au PJD, référentiel islamiste oblige, ce sont les congressistes qui désignent les candidats aux postes de secrétaire général et de président du conseil national. Les gagnants sont élus à l’issue d'un vote à bulletin secret.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com