Menu

Grand Angle  

La Tariqa Karkariya, un mouvement soufi marocain haut en couleurs

Dans un pays où le soufisme revêt une place importante, plusieurs mouvements émanent tels que la Tariqa Karkariya. La confrérie tend aujourd’hui à se développer et commence -surtout ces derniers jours- à faire parler d’elle. Détails.

Publié
Des fuqara, adeptes de la Tariqa Karkariya. / Ph. DR
Temps de lecture: 4'

Au début du 3ème siècle de l’Hégire, les sociétés musulmanes ont vu naître différents mouvements soufis et ce notamment sous une forme d’ascétisme, le but étant de ne vivre que pour Dieu et se détacher de la vie d'ici bas. Ces mouvements ont commencé individuellement et non par groupe, ce n’est que plus tard que les initiateurs se sont rassemblés en plusieurs confréries, chacune ayant ses cheikhs, son siège et ses adeptes.

D’ailleurs, il est impossible de parler de l’histoire de l’islam sans mentionner quelques personnages clés, notamment ceux ayant suivi les différentes tariqa soufies à l’instar de Djalâl ad-Dîn Rûmi, Abou Hamid Al-Ghazali, Ibn ‘Ata Llah Al Skandari et bien d’autres ayant laissé leur empreinte dans l’histoire musulmane. Le terme soufi englobe un large spectre de définitions. Il concerne des centaines de mouvements soufis étendus dans le monde entier. Chacune des tariqa est connue par ses cheikhs ou encore ses livres.

Parmi elles, la Tariqa Karkariya dont le siège, au Maroc, est basé à Lâaroui dans la province de Nador au nord du royaume. Cette confrérie soufie fait les choux gras des médias algériens en ligne et audiovisuels ces derniers temps, notamment parce qu’elle attire l’attention dans l’Ouest du pays.

La Tariqa Karkariya

Ce courant soufi a pour cheikh Mohamed Fawzi al-Karkari et se décrit comme étant une «Tariqa de la vision à l’état d’éveil, celui qui ne voit pas, je ne suis pas son cheikh et il n’est pas mon disciple», relate le site officiel de la confrérie. Un site qui précise également que la tariqa réunie ainsi toutes les écoles soufies existantes.

Selon la même source, la Tariqa Karkariya constitue plusieurs caractéristiques, en l’occurrence appliquer «la Sunnah par les paroles, les actes et les états, ainsi que dans le fait d’obtenir l’ouverture spirituelle rapidement». Les adeptes de ladite Tariqa sont censés «adorer Allah comme [s’ils] le [voyaient]». D’ailleurs, les personnes suivant ce mouvement vivent entre la vie et la mort puisqu’ils ne vivent que pour l’élevation spirituelle et ne prête plus attention à la vie sur terre.

«Cette Tariqa est un trait d’union entre les deux mondes, elle rassemble la vie et la mort, ses disciples sont à la fois vivants et morts.»

Les fuqara se rendant à la zawiya de Mawlay at-Tahir. / Ph. Site officiel Tariqa KarkariyaLes fuqara se rendant à la zawiya de Mawlay at-Tahir. / Ph. Site officiel Tariqa Karkariya

Plusieurs buts motivent la Tariqa Karkariya, notamment la connaissance spirituelle et l’adoration de Dieu. Egalement «répandre l’amour et la paix entre les créatures de Dieu», en plus de «libérer l’aspirant des chaînes de la passion et de l’égo», ceci ayant pour objectif d’être libre sauf de Dieu. La seule règle sur laquelle se base la Tariqa : «Méprise-toi mais honore les autres, celui qui se voit inférieur aux autres ses défauts diminuent, augmente ainsi ses bonnes actions auprès de Dieu et Dieu illumine son chemin.»

Pour les fuqara (disciples de la Tariqa Karkariya, ndlr), la Tariqa Karkariya existe et est née au Maroc depuis plusieurs années. Selon l'un des leurs, Abdelhafid Ribati, «cette tariqa s'est étendue aux 5 continents.» Contacté par Yabiladi, le Marocain précise qu'elle existe non seulement dans le pays d'origine, le Maroc, mais aussi en «Algérie, Tunisie, Egypte, Arabie Saoudite, Emirates Arabes Unis, Oman, France, Espagne, Pays-Bas, Etats-Unis, Canada, Brésil...» Il ajoute également :

«Nous n'avons jamais fait face à de quelconques discriminations, mis à part tout récemment la polémique qui a commencé à enfler en Algérie nourrie et suscitée particulièrement par les médias du pays. Ce que l'on peut prétendre comme étant un refus catégorique de cette tariqa là-bas.»

Des caractéristiques particulières

Ce qui caractérise la Tariqa Karkariya c'est que le mouvement est considéré par ses fidèles comme étant «authentique et est présent dans la société marocaine. Seulement ce qui attire l'attention ces derniers temps sur nous c'est notre tenue vestimentaire.» Car en effet, les fuqara se différencient notamment par une djellaba patchwork : plusieurs morceaux de tissus très colorés cousus ensemble. Abdelhafid Ribati explique que «cette tenue avait déjà été évoquée par les premiers soufis comme étant un des moyens d’élévation de l'âme. Quant aux couleurs, c'est en référence à l'univers.»

D'après notre interlocuteur, dans l'histoire du soufisme au Maroc, Sidi Ahmed Ben Ajila, interprète des textes religieux a, dans son livre intitulé Al Mabahit Al Assiliya, étudié la mouraka'a (tenue karkariya, ndlr). «Il explique dans cet ouvrage des vers tirés d'un poème d'Ibn Al Banna Saraqosti qui parle justement de la mouraka'a. Il raconte ainsi qu'elle existe sous une forme colorée et neutre.» Un trait mis en exergue par les fidèles qui optent pour la colorée, estimant qu'elle contribuerait en réalité au bien-être de chacun. Et Abdelhafid Ribati de souligner :

«Ce qu'il faut savoir c'est que ce n'est pas imposé, chacun des fuqara est libre de porter ce vêtement qui relève de la Tariqa Karkariya, ou pas.»

Ainsi le fait de porter la mouraka'a, permettrait «de se tester soi même dans la société et voir si l'on est capable de supporter les dires des gens et partir avec la miséricorde des créatures ; se vêtir de cette manière forme en soi une balance pour les disciples. Certains diront que l'on prête attention aux apparences, or cette Tariqa n'a pour seul but que soigner les cœurs. La mouraka'a est un moyen pour y arriver.»

Une autre spécificité de la Tariqa Karkariya réside dans les fêtes. Effectivement, comme nous le relate le fidèle marocain : «Dans notre zawiya à Lâaroui, nous fêtons chaque année le Aid Mawlid Nabaoui Charif (la naissance du prophète Mohammed, ndlr) en compagnie de fuqara venus du monde entier.»

Concernant les statistiques relevant du nombre de fuqara que compte la Tariqa Karkariya, Abdelhafid Ribati est formel «nous ne disposons malheureusement pas de chiffres mais ce que je peux affirmer c'est que la Tariqa Karkariya intéresse de plus en plus et notre nombre ne cesse de grandir chaque jour au Maroc mais aussi à l'étranger. Les disciples de la Tariqa se multiplient au point que je peux assurer que nous comptons des milliers de fidèles.»

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com