Menu

Article

Crise avec le Maroc : L’Espagne écarte le recours aux drones à Ceuta et Melilla

Des «problèmes» empêchent actuellement le gouvernement espagnol d’utiliser des drones pour surveiller les frontières de Ceuta et Melilla avec le Maroc. Le ministère de l’Intérieur parie plutôt sur un renforcement des effectifs des corps de sécurité déployés dans la zone. 

Publié
Le ministre espagnol de l'Intérieur, Juan Ignacio Zoido. / Ph. José Manuel Vidal - EFE
Temps de lecture: 2'

Le débat sur le recours aux drones pour surveiller les mouvements des migrants qui se préparent à entrer à Ceuta et Melilla refait surface. Toutefois, le ministère espagnol de l'Intérieur écarte pour l’heure cette option.

«Les conditions météorologiques, avec des vents forts fréquents, rendent difficiles ces opérations, d’autant qu’elles risquent de générer des problèmes avec le Maroc», expliquent des sources du département de Juan Ignacio Zoido au journal ABC. En revanche, le ministère prévoit d’installer des caméras couvrant de larges champs de vision.

Une conséquence de la crise avec le Maroc

L’apport de l’élément humain sera déterminant dans la nouvelle stratégie des autorités espagnoles pour faire face aux assauts répétés de migrants, et surtout pallier le «manque de coopération» des autorités marocaines ces dernières semaines, comme rapporté par de nombreux observateurs espagnols.

Ainsi, l’Intérieur prépare une «révision totale» du dispositif avec un renforcement des effectifs des forces de sécurité déployés tout au long des frontières avec le Maroc. Ce plan «ne sera ni rapide, ni facile, ni bon marché», avertissent les mêmes sources. La prochaine loi de finances devrait apporter davantage de détails sur les moyens financiers consacrés à la surveillance de Ceuta et Melilla. Actuellement, 625 agents de la police et 722 de la Guardia Civil sont déployés à Ceuta, contre respectivement 625 et 763 à Melilla.

Force est de constater qu’à chaque fois que le Maroc fait savoir son refus de jouer le rôle de gendarme de l’Europe, des membres du gouvernement espagnol suggèrent d’utiliser des drones. Pour mémoire, en février dernier, en pleine crise avec Rabat qui a été suivie par plusieurs assauts de migrants, le n°2 du ministère de l’Intérieur, José Antonio Nieto, avait exprimé à Ceuta le souhait de ses services de disposer «le plus rapidement possible» d’une flotte de drones pour une meilleure protection des frontières avec le royaume.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com