En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié Le 17/05/2017 à 19h15

Gazoduc Maroc-Nigéria : Abuja aurait dépêché un haut responsable pour rassurer l'Algérie

Photo d'illustration. / DR

L’irritation des autorités algériennes au lendemain de la signature de deux accords de taille entre le Maroc et le Nigéria se confirme. Mardi, le média arabophone Alaraby Al Jadid, basé à Londres, a rapporté qu’un haut responsable nigérian a été dépêché à Alger pour rassurer le voisin de l’Est au sujet du dossier du gaz nigérian et du nouveau gazoduc devant relier Abuja et l’Europe via le Maroc.

Lundi, le roi Mohammed VI a présidé au Palais royal de Rabat une cérémonie de signature de deux accords. L’une des conventions signées concerne le projet de gazoduc devant relier le Maroc et le Nigéria via plusieurs pays de l’Afrique de l’Ouest. Constatant que ce projet est en passe de se concrétiser, l’Algérie aurait mis la pression sur les autorités nigérianes pour avoir plus de détails sur le projet.

Citant un responsable du ministère algérien de l’Energie, Alaraby Al Jadid rapporte que l’Algérie a insisté au point que le Nigéria a dépêché un haut responsable pour rassurer le gouvernement.

«La perte de l’exclusivité algérienne sur le transport du gaz nigérian vers l’Europe impactera aussi les exportations algériennes, qui seront concurrencées par celles du Nigéria, qui transiteront via le gazoduc Maroc-Nigéria», poursuit la même source. Selon cette dernière, l’Algérie souhaitait contrôler le gaz nigérian via le gazoduc qui traverse ses terres pour atteindre l’autre rive de la Méditerranée.

«Pour l’instant, le Nigéria se dirige vers la mise en place de deux gazoducs pour exporter son gaz vers l’Europe, l’un avec le Maroc et l’autre avec l’Algérie, même si le premier se concrétise avec un rythme très rapide», conclut le média.

Pour rappel, le gazoduc transsaharien, objet d’une convention signée en 2009, devait relier à partir de 2015 le Nigeria à l'Algérie pour transporter du gaz naturel à l'Europe.

17 commentaires
hautatlas_14593
Date : le 19 mai 2017 à 00h04
Le port d'éclatement algérien en projet qui se veut le concurrent de Tanger-Med est prévu à Cherchell à l'Ouest d'Alger. IL est proposé aux Chinois pour l'étude, financement, réalisation et exploitation. Apparemment les Chinois ne sont pas excités par ce projet. S'il suit la trajectoire de l'autoroute Est/ Ouest dans son mode de réalisation, ses délais ahurissant et ses coûts (six fois l'évaluation initiale) pour un ouvrage non fini, non réceptionné, avec scandales monstrueux, procès en cascades et ouvrages qui s'écroulent dès les premiers mois de mise en exploitation., si ce futur port suit ce modus vivendi, alors ils sont partis pour 20 ans à faire des dégâts comme ils savent le faire les gentils voisins. Entre temps, Tanger-Med 2 sera opérationnel dans un peu plus d'une année et Nador West med en 2021, avec verrouillage sévère des perspectives commerciales pour le futur port algerien. En attendant l'éclatement des cargaisons des contenaires pour l'Algérie continuera à se faire chez nous a partir des portes contenaires de 300.000 T pour être transbordés sur des petits navires de 50.000 tonnes de jauge qui est la limite des ports algériens sous développés. Prétendre avec cela vouloir réaliser un gazoduc à travers des zones sahéliennes hautement insecurisees à partir du Nigéria, pour un pays qui n'arrive même pas à sécuriser la banlieue de sa capitale. De sacrés rêveurs nos "frères" algériens.
Citation
FATEM95 à écrit:
Ce n'est pas par hasard que j'ai envoyé le lien vers l'article de TSA. J'ai voulu montrer que les algériens ont lancé un tas de projets dont la fameuse autoroute Est-Ouest, des trams, des métros, la mosquée d'Alger et puis tous les programmes sociaux et immobiliers. Mais derrière il n'y a aucune méthode, aucun suivi et aucune priorisation. Il n'y a pas de recherche de financement autre que les ressources publiques du pétrole. Et tout est lancé en même temps. Résultat des courses. Les projets n'aboutissent pas et apparemment ils se rejettent les responsabilités car il n'y a pas de véritable cellule de suivi. Pendant ce temps les achats d'armes continuent pour des budgets qui font à peu près dix fois ce qu'il faut pour terminer ces projets structurants. Mais l'explication en dehors d'une anarchie et incompétence dans le suivi des projets est dans un rapport américain récent (il date de 2 semaines). Les commissions sur les armes. Même avec le marasme actuel, 40% du montant des achats partent encore en Suisse pour le compte des généraux. Au mots clés de Itwasntme il y a d'autres mots: - spécifications: au hasard - délais: In Chaa Allah - budget: x 2 ou 3 (corruption) - Measurable: dépasser l'Ouest - Attainable: on a le NIF Résultat des courses, après 15 ans de cours à plus de 100$ la barils et près de 1000 milliards de $ de rentrées de devises aucun de ces grands projets n'est bouclé. Même la fameuse grande mosquée chère au président n'a pu être faite à temps. Un autre projet réclamé à corps et à cri depuis plus de 15 ans c'est un port à 100 ou 150 km d'Alger (j'ai oublié le lieu). Mille fois promis et jamais entamé. Entre temps Tanger Med II va être livré.
FATEM95
Date : le 18 mai 2017 à 16h35
Il y en a qui se réjouissent déjà: https://www.tsa-algerie.com/sahara-occidental-un-navire-danois-transportant-du-phosphate-arrete-au-panama/
FATEM95
Date : le 18 mai 2017 à 16h12
Bonne ou mauvaise on ne sait pas. Hasard non ? Le Panama fait-il partie du club restreint polisarophile ?
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com