Menu

Société Publié

Attentat de la mosquée de Québec : Discrète solidarité de la société civile au Maroc

Après l’attentat qui a frappé la mosquée de Sainte-Foy à Québec, l’heure est au recueillement et à la solidarité. La société civile canadienne a haussé le ton pour condamner l’horreur du terrorisme, un acte sans foi ni couleur. Au Maroc, la mobilisation se fait plus discrète que lors des attentats qui avaient frappé la France ou la Belgique. 

Temps de lecture: 3'
Veillée solidaire du peuple canadien lors de l'attentat contre la mosquée de Sainte-Foy. / Ph. Radio Canada

Le bilan est lourd : six personnes ont perdu la vie et huit autres ont été blessées dans la fusillade survenue, dimanche soir au Centre culturel islamique de Québec. La communauté musulmane est sous le choc, et avec elle tout le Canada qui a connu une forte mobilisation hier soir. Les Marocains du Canada ont perdu un des leur, Azzeddine Sefiani alors que deux autres ont été blessé, dont un dans un état critique. L'émotion est évidemment très forte au sein de la communauté canado-marocaine. 

Nozha Anikla, présidente de l’association Voix des Marocains du Canada, vit au Canada depuis 16 ans. Interrogée par Yabiladi, elle fait part d’une ambiance solidaire exceptionnelle de la part de la population québecoise. Elle a été profondément touchée par la mort d’une personne de son entourage, mais la consolation des autres l’a soutenue dans sa peine :

«Tous les amis et les parents des amis de mon fils qui joue au hockey m’ont envoyé des messages de soutien et m’ont appelé pour avoir de mes nouvelles.»

Silence au Maroc ?

Si au Canada, le consulat du Maroc à Montréal s'est immédiatement mobilisé pour soutenir les victimes et leurs familles, au Maroc aucune réaction officielle de la part des autorités (ndlr : Le CCME a condamné aujourd'hui l'attaque terroriste). La société civile quant à elle n'a que très timidement réagi à l'attentat terroriste qui a frappé le Canada.

Contacté par Yabiladi, Ahmed Ghayat, président de l’association Marocains Pluriels, nous a fait part de son indignation : «A chaque fois qu’il y a des victimes de barbarie, la condamnation doit être la même. Depuis le début, on est nombreux à dire que les musulmans sont les premières victimes du terrorisme, cette fois-ci, on est en plein dedans». Tout comme le prêtre à Saint Etienne du Rouvray, les six victimes musulmanes de Québec ont été tuées dans leur lieu de prière ; et même les victimes du Bataclan, c’est la même horreur, explique-t-il.

Au lendemain des attentats de Bruxelles et ceux de Charlie Hebdo, plusieurs associations au Maroc avaient rapidement réagi. Des rassemblements furent organisés via des appels lancés sur les réseaux sociaux, pour marquer l’indignation générale avec veillée aux bougies, roses et hymnes nationaux.

Mobilisation discrète

Interrogé sur l’éventualité d’une action en solidarité avec les victimes de Québec, Ahmed Ghayat cite d’abord la mobilisation à l’étranger, la Tour Eiffel a été éteinte pour l’occasion rappelle-t-il et le discours de Justin Trudeau qui est allé à la rencontre de la population. Pour l'instant, aucun acte symbolique n’a été programmé au Maroc explique l’associatif, notant cependant la nécessité d'organiser une action. Il en profite pour annoncer un débat organisé jeudi avec le président du Conseil National des Droits de l’Homme, Driss El Yazami, sur les manières de combattre l’apologie du terrorisme, l’incitation à la haine et les appels au meurtre.

«A cette occasion, je voudrai bien qu’on prenne une décision, cela pourrait être quelque chose à dire dans les mosquées vendredi, une prière de l’absent… Ce serait bien que la société civile manifeste son soutien aux familles des victimes, au peuple canadien. On l’a fait pour plein d’autres attentats, il faut le faire aussi pour celui-ci».

Pour le président de l’association, il n’ y a ni nationalité, ni religion, ni hiérarchisation. Il ne faudrait pas se mobiliser plus, lorsqu’il s’agit d’autres que les musulmans, sous prétexte que les terroristes sont le plus souvent musulmans, au contraire. 

Nous avons tenté de joindre d'autres associations et militants qui s'étaient mobilisés lors des précédents attentats en Europe, mais sans succès. A l'heure où nous publions cet article, aucun communiqué, ni aucune action n'a été portée à notre connaissance de la part des différentes ONG. 

Article modifié le 31.01.2017 à 21h39

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com