Politique Publié

Afrique : 40 Etats du continent appuient l’adhésion du Maroc à l’UA

La requête marocaine d’adhésion à l’Union africaine remporte un large succès auprès des Etats du continent, a reconnu le ministre des Affaires étrangères à la plénière de la Chambre des représentants. Détails.

Temps de lecture: 2'
Le drapeau de l'Union africaine. / DR

Sur les 54 Etats de l’Union africaine, 40 se sont prononcés en faveur de l’adhésion du Maroc à l’organisation continentale. C’est largement plus que la majorité simple (28) exigée dans l’alinéa 2 de l’article 29 de l’Acte constitutif de Lomé. Pourtant, la présidente de la Commission de l’UA, la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma n’a «libéré» la demande marocaine que le 3 novembre, soit cinq semaines après l’avoir reçue officiellement des mains de Taieb Fassi Fihri, le 22 septembre à New York.

Seul un petit groupe, composé de 14 pays, s’obstine encore à s’opposer au retour du royaume à «sa famille institutionnelle». Ces données ont été révélées par le ministre des Affaires étrangères lors de son intervention, hier soir devant les députés.

Le Maroc parie sur «la sagesse des frères africains»

Le chef de la diplomatie, dans un message direct aux parlementaires réticents à certaines clauses de l’Acte, a expliqué que leur appui sans réserves est un signal fort adressé à l’ensemble de l’Afrique sur l’engagement de toutes les composantes politiques à appuyer la politique africaine du royaume. Et de lancer aux députés que l’adoption du texte de Lomé de 2000 «est beaucoup plus qu’un acte procédural. C’est une décision politique attestant de la confiance du Maroc en la sagesse des frères africains». 

Salaheddine Mezouar a expliqué que l’examen de la charte de l’UA par les deux Chambres du Parlement est destiné à ôter au petit groupe d’opposants toutes excuses juridiques visant, par exemple, à retarder à 2018 l’admission du royaume. Une allusion aux efforts de la présidente de la Commission de l’Union, Mme Zuma et de l’Afrique du Sud pour repousser l’examen de la demande marocaine à l’année prochaine.

Force est de constater que onze jours avant le 28e sommet de l’UA, Mme Zuma n’a pas encore communiqué, comme l’exige l’alinéa 2 de l’article 29 de la charte. Dans une fuite en avant, elle compte éviter la soumission de la demande marocaine à la conférence des chefs d’Etat.

Hier soir, la plénière de la Chambre des représentants a adopté l’Acte constitutif de l'UA. Aujourd’hui, c’est au tour des conseillers d’examiner et d’approuver le texte.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com