Menu

Environnement Publié

E-Recycling, une solution éco-responsable pour recycler les déchets électroniques

Camil Chaari est un jeune entrepreneur marocain qui vient de mettre en place un projet alternatif dédié au recyclage. L'initiative a été dévoilée lors de la COP22 au pavillon britannique. 

Temps de lecture: 3'
Camil Chaari est le fondateur de E-Recycling, une initiative environnementale unique pour recycler les déchets électroniques. / DR
Camil Chaari est le fondateur de E-Recycling, une initiative environnementale unique pour recycler les déchets électroniques. / Ph.  Facebook/E-Recycling

Il n'a que 16 ans et déjà la posture et la détermination du jeune auto-entrepreneur accompli et épanoui, mais surtout engagé pour la protection de la planète. Camil Chaari est le fondateur d’une initiative environnementale unique pour recycler les déchets électroniques, dont la réussite à Rabat l’incite d’ores et déjà à envisager de répliquer l’expérience dans d’autres villes du Maroc.

A Marrakech, Camil Chaari a eu le privilège de présenter son projet «E-Recycling» dans le pavillon britannique à la COP22 (7-18 novembre), qui se veut une invitation à l’exploration de modèles d’innovation issus de la coopération maroco-britannique en matière de technologie verte.

Un recyclage complet

E-Recycling, explique le jeune homme, est une initiative environnementale qui offre aux ménages, groupes scolaires, entreprises et institutions publiques une solution pour recycler de manière responsable et propre leurs déchets électriques et électroniques tels que les ordinateurs, téléphones, imprimantes, cartouches d’encre ou piles et ce, à travers des recycleurs certifiés.

Ce programme fait également la promotion des avantages du recyclage des déchets électroniques pour éviter leurs impacts négatifs sur l’environnement, sensibilise les jeunes dans les groupes scolaires sur l’importance du tri et de la valorisation et participe à créer une conscience environnementale.

Outre un système de collecte développé pour récupérer les équipements usagés auprès des institutions et personnes ciblées, le jeune auto-entrepreneur a improvisé dans son garage un centre de stockage «E-Recycling» pour permettre aux ménages de déposer leurs produits. Un plan de communication à travers un site internet, des posters, des flyers et les réseaux sociaux a été mis en place pour faire connaître l’initiative.

Une fois stockés, les équipements collectés sont triés par nature de produits, pesés puis envoyés aux recycleurs certifiés. La traçabilité est donc assurée à tous les niveaux du processus, soutient Camil Chaari, qui fait appel à deux principaux partenaires dans ce cadre : l’association Al Jisr, qui œuvre dans la collecte d’équipements informatiques usagés (ordinateurs, fax, imprimantes, téléphones, tablettes…) dans le but de les recycler ou d’en faire donation aux écoles publiques, et l’entreprise française Revialis, spécialisée dans la revalorisation des cartouches d’encre.

Une opération couronnée

Il peut aujourd’hui s’enorgueillir en voyant les résultats de son action. En collectant environ 4,5 tonnes de déchets électroniques depuis un an, ce projet aurait permis, selon lui, de réduire d’environ 3 500 kg l’émission de CO2.

Grâce à son dynamisme et sa force de conviction, le jeune homme a su gagner la confiance d’une quarantaine de partenaires : E-Recycling est implémenté dans huit écoles (6 à Rabat et 2 à Kenitra), sept entreprises, l’ambassade des Etats-Unis, la délégation de l’Union européenne et plusieurs ambassades membres (France, Portugal, Belgique, Espagne, Pays-Bas, Suède, Croatie, Bulgarie, Italie…).

Le projet, qui a reçu le Label COP21 du ministère français de l’Ecologie, est aussi publié sur le site de la Fondation Nicolas Hulot et de l’UNESCO.

Une mesure d’urgence

Pour développer son projet, il est parti d’un constat alarmant : durant les dernières décennies, la quantité des déchets électroniques s’est rapidement accrue au niveau mondial. En 2014, la quantité globale a atteint 41,8 millions de tonnes, soit 5,9 kg par habitant, selon le rapport «Global e-waste monitor» de 2014. Selon le même rapport, la quantité de ces déchets au Maroc est de 121 000 tonnes avec une progression annuelle se situant autour de 5 à 10 % à cause d’une demande plus importante des équipements électroniques.

Dans ce contexte, un système de collecte de ces équipements usagés s’avère nécessaire comme une phase cruciale dans le processus de recyclage. Selon un rapport de la Coopération allemande GIZ de 2010, il existe très peu d’initiatives pour la collecte des déchets électroniques et une absence de sites de collecte organisé.

Camil Chaari croit aux vertus du recyclage qui permet à la fois de conserver des métaux rares comme l’or, l’acier, l’aluminium ou le cuivre en leur donnant une seconde vie, et de réduire la pollution avec moins de déchets dans les décharges publiques.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate