Politique Publié

Le Polisario saisit l’ONU suite à la pénétration de l’armée marocaine dans la zone tampon

L’armée marocaine a mené pour la première fois une opération dans la zone tampon, près de la frontière avec la Mauritanie. Le Polisario proteste auprès de la Minurso et demande la protection de l’ONU.

Temps de lecture: 2'
Un véhicule de l'ONU en mai 2013 à Lâayoune au Sahara occidental. / Fadel Senna, AFP (archives)

Des unités des Forces armées royales (FAR) ont pénétré dans la zone tampon communément appelée «Kandahar», située non loin du poste frontalier de Guerguerate. Ce bout de terre long de 7 kilomètres fait office de haut lieu de trafic en tout genre, notamment de voitures et de drogue. «L’opération aurait permis de saisir des centaines de véhicules et l’arrestation de présumés membres du Polisario», nous confie une source à Dakhla.

Le timing de cette action intervient alors que les relations maroco-mauritaniennes sont extrêmement tendues. A notre question de savoir si l’armée marocaine projette d’avancer sur Lagouira, notre interlocuteur apporte une réponse laconique : «il est difficile pour le moment d’y apporter une réponse exacte», dit-il. Et d’ajouter qu’ «il y a des paramètres géostratégiques et des contraintes internationales. Je me réfère ici aux relations avec les Nations unies et aux éventuelles réserves de Washington à prendre en considération la récupération toute légitime de Lagouira».

Le Polisario saisit la Minurso

L’opération menée par les FAR est particulière. Et pour cause, elle se déroule dans une zone située au-delà du mur de sécurité, d’où l’ire de la direction du Polisario. Hier, le Front a convoqué le chef de la délégation de la Minurso (Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental) installé à Tindouf pour lui faire part de ses «vives protestations», suite à ce qu'il désigne comme étant la «violation marocaine du cessez-le-feu» conclu entre les deux parties sous l’égide de l’ONU en septembre 1991, indique son agence de presse.

Le Polisario déplore que la Minurso n’ait pas pris les mesures adéquates pour interdire aux unités des FAR de pénétrer dans la zone de «Kandahar». Et de rappeler qu’il s’agit d’une «zone tampon» placée sous la tutelle de l’ONU. La sortie du Polisario peut paraître assez étrange alors que le mouvement séparatiste effectue des manœuvres militaires et organise des congrès et des cérémonies dans les autres parties de la «zones tampon» du Sahara occidental sans que les Nations unies ne lèvent le petit doigt.

Le Front a ainsi demandé au fonctionnaire de la Minurso la protection des Nations unies. Pour l’instant, l’ONU n’a pas encore pris position. La réaction des services de Ban Ki-moon vis-à-vis de l’opération des FAR et de la demande du Polisario donnera sans doute un aperçu de l’état des relations entre l’ONU et le Maroc.

Article modifié le 16.08.2016 à 14h16

only
Auteur : electron123
Date : le 17 août 2016 à 01h21
Dans le trio que tu as cité tu peux oublier tindouf car une marionette n a pas de vie propre
Les lions de l'atlas et du desert
Auteur : moden
Date : le 16 août 2016 à 21h56
le Maroc à lui seul est capable d'anéantir le polizbel et ses sonneurs d'ordre ainsi que le président Mauritanien, seul L'ONU qui l'en empêche pour le moment.
Il faut que Benkiki sache que les marocains ont ras le C...
S'il n'arrête pas cette mascarade, alors ce sont les sahraouis marocains en particulier et tous les marocains en général qui le feront.
Nous sommes prêts, il suffit juste d'un discours royal sens propre ou sens figuré pour que nous récupérions tout nos territoires historiques spoliées.
Ca ne sera que justice rendue
Dernière modification le 16/08/2016 22:08
Répondre aux provocations.
Auteur : Disnay
Date : le 16 août 2016 à 20h47
Le Polisario fait dater sa lettre de Bir Lahlou , et parle de la zone où se déroule l'opération du Maroc comme étant " un secteur de la 1ere zone militaire " de son armée.
Il n'y a donc plus de " zone tampon " , et le cessez-le-feu est violé depuis longtemps par le Polisario lui-même, qui parle de territoires libérés et en charge même un de ses " ministres " !
Le Polisario n'a vraiment plus rien à dire.
Dernière modification le 16/08/2016 20:48
Moment de l'histoire
Auteur : hautatlas_14593
Date : le 16 août 2016 à 18h05
Les erreurs des adversaires sont un Bénédiction pour ceux qui savent voir, comprendre et agir.

O.Abdelaziz, en commis pas mal comme erreurs pour justifier une prise en main militaire et administrative de nos territoires du côté de Lagouira.
Le temps presse, avant que les grosses caisses médiatiques des "frères et amis" ne commencent leurs musiques hostiles et effarouchée.
Il y a des moments de l'histoire qui doivent se prendre au vol.
Lagouira
Auteur : hautatlas_14593
Date : le 16 août 2016 à 16h25
Lagouira doit être prise en main, défendue et développée, ainsi que toute la péninsule de guerguerate a Lagouira.

La ville doit être peuplée, urbanisée et efficacement défendue.
Un port y serait très utile pour la pêche, le commerce et la marine royale. Un aéroport aussi pour recevoir des avions civils et militaires. La cote est a mettre en valeur, et le tourisme initiée et encouragé comme a Dakhla.
On peut y reproduire la très belle succès story de Dakhla sur tout les plans.

Il faut tirer les leçons de l'hostilité Mauritanienne et du grand danger que le régime en place représente pour notre pays.
Les délicatesses, les égards économiques et politiques concédés a ce pays frère sont gravement remises en cause par le président en poste lui méme et son régime. Les choses semblent dégénérer gravement chez les gouvernants du sud, qui donnent l'impression de manifester de graves agitations totalement imprévisibles et porteuses de menaces réelles pour notre sécurité nationales. Autant mettre a l'abri notre territoire dans tous les no man's land, concédés pour le cessez le feu de 1991.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com