Menu

Environnement Publié

Climat : La chaleur au Maroc en 2015 a battu les records de 1960 [Rapport]

L’American Meteorological Society (AMS) vient de publier en collaboration avec des experts du monde entier son rapport annuel sur l’état du climat en 2015. De manière globale, la chaleur a atteint des niveaux record sur l’ensemble de la planète l’année dernière. Au Maroc, il n’avait pas fait autant chaud depuis l’indépendance. Détails.

Temps de lecture: 2'
DR

«En 2015, la température annuelle au Maroc a été la plus chaude depuis 1960», révèle le rapport sur l’état du climat en 2015, fraichement publié par l’American Meteorological Society (AMS) en collaboration avec des experts du monde entier dont ceux de la Direction de la Météorologie Nationale relevant du ministère de l'Energie, des Mines, de l'Eau et de l' Environnement. En effet, la température maximale a été enregistrée au nord-ouest du Royaume, soit environ 1°C, bien au-dessus des températures normales.

L’été, le printemps et l’automne ont été les saisons les plus concernées par cette tendance, d’après la même source. Les mois de mai, juillet et août ont particulièrement été marqués par plusieurs vagues de chaleur, conduisant à des températures maximales élevées. «Ces vagues de chaleur ont été associées aux intrusions d’air continental sec venant de l’intense source de chaleur au Sahara», expliquent les auteurs du rapport. C’est cela qui, selon eux, a été à la base des feux de forêt qui ont dévasté des centaines d’hectares, en particulier dans le nord du Maroc l’année dernière.

Parallèlement à ces montées de chaleur, les précipitations hivernales ont été très variables en 2015 sur l’ensemble du territoire national. Elles étaient, en effet, en-deçà de la normale pendant les deux premiers mois de l’année, avant de s’accentuer en mars où les pluies variaient entre 145% et 230% de la normale. Un autre pic a été enregistré en août, surtout au sud du Royaume, où les précipitations ont atteint 45 mm à Marrakech notamment, loin du niveau normal de 2,7 mm.

Comprendre la situation, l'urgence

En outre, si janvier et février n’ont pas enregistré leur niveau de précipitations requis, ces deux mois ont été marqués par une forte chute de neige. Les météorologues ont en effet enregistré trois mètres de neige dans le nord du Royaume pendant le seul mois de février, soit le plus haut niveau enregistré sur la même période depuis 30 ans.

Globalement, 2015 a été l’année la plus chaude pour la planète, selon les auteurs du présent rapport, qui expliquent cela par la concentration de gaz à effet de serre et le phénomène El Niño, lui-même favorisé par le réchauffement climatique. A trois mois de la COP22 qui se tiendra à Marrakech en novembre prochain, l’AMS appelle les gouvernements à prendre ce rapport «au sérieux» afin de mieux gérer les effets des changements climatiques qu’ils subissent actuellement. «Nous devons comprendre comment la planète est en train de changer et de varier en termes de climat, afin de comprendre où elle pourrait aller à l’avenir», a commenté Karl Thomas, directeur du National Centers for Environmental Information à Asheville en Californie.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate