Menu

Article

Le Maroc et l’ONU négocieraient une issue à la crise à Genève

Le Maroc et les Nations Unies semblent disposés à clore l’épisode de crise. Les deux parties négocieraient en secret une solution à Genève.

Publié
Salaheddine Mezouar et Ban Ki-moon / Archive - Ph. ONU
Temps de lecture: 2'

Le rapport annuel de Ban Ki-moon sur le Sahara occidental, annoncé pour demain devant le Conseil de sécurité, pourrait être repoussé vers la mi-avril, indique le représentant du Polisario aux Nations Unies dans des déclarations à la presse. Ahmed Boukhari pronostique une présentation du texte du secrétaire général vers le 17 ou le 18 avril.

Ahmed Boukhari a cependant évité d'attribuer ce changement dans l’agenda à une volonté de donner du temps aux négociations menées par de hauts fonctionnaires des Nations Unies, qui jouissent de la confiance de Rabat, avec des diplomates marocains. L'objectif étant d'aboutir à un éventuel accord permettant au moins un retour progressif des agents de la composante civile de la MINURSO, expulsé en mars par le royaume en représailles aux positions prises par Ban Ki-moon lors de son passage dans les camps de Tindouf et à Alger.

Un dialogue qui se déroulera probablement à Genève entre le Français Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint de l’ONU aux opérations de maintien de paix, et l’Américain Jeffrey Feltman, secrétaire général adjoint chargé des affaires politiques, avec l’ambassadeur Omar Hilale.

Des discussions à Genève ? 

Des discussions que Ban Ki-moon tient à garder, du moins pour le moment, à l’abri des regards des médias. En témoigne les réponses gênées données, hier, par l’un de ses porte-paroles aux questions de journalistes lors de son point de presse quotidien.

Farhan Haq a d’abord affirmé qu’il n’est pas au courant de réunions entre Ladsous et Feltman avec le représentant permanent du royaume à New York, soulignant que les deux hommes sont actuellement en déplacement à l’étranger, en Libye et au Sud-Soudan. Ensuite de reconnaitre que «Feltman est l’un de nos officiels qui est en contact avec nos homologues marocains».

Au siège des Nations Unies, ces négociations sont suivies par la presse. Interrogé sur le même sujet, le représentant de la France au Conseil de sécurité, François Delattre, a évoqué à demi-mot l’existence d’un tel dialogue entre le Maroc et l’ONU.

Soyez le premier à donner votre avis...
Bonne chose pour le Maroc.
Auteur : motao-1
Date : le 09 avril 2016 à 19h19
Ces négociations sont une aubaine pour le Maroc, au moins on aura l'occasion de mettre les points sur les (i) et d'encadrer les ennemis de notre intégrité.
Rien à négocier
Auteur : ninalaroussi
Date : le 09 avril 2016 à 18h08
La présence de la MINURSO n'a plus de raison d'être: le chapitre est clos car les sahraouis ont clairement fait leur choix
Bonne chance à nos négociateurs !
Auteur : Disnay
Date : le 09 avril 2016 à 13h59
Nos " partenaires " se mettent maintenant à plusieurs pour faire revenir le Maroc sur sa décision " irrévocable " d'expulser ces agents internationaux qui, pourtant, ne faisaient rien d'utile. Tout se passe comme si , à part le Maroc, personne ne veut la fin de ce problème artificiel.
Meme l'Algérie n'est plus qu'un simple parametre dans cette équation : on se sert de son entetement pour continuer à vendre des armes dans la région, y compris à l'Algérie , dont l'armée devient aujourd'hui une très lourde charge nationale.
Dernière modification le 09/04/2016 14:04
Y A RIEN A NEGOCIER
Auteur : HMIMID69
Date : le 08 avril 2016 à 21h28
Le Maroc n'a rien a négocier s'il y a matière a négocier ca sera avec l'Algérie qui doit libérer les Marocains Sahraouis détenus a Tindouf depuis plus de 40 ans .
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com