Menu

Article

Maroc : Des associations dénoncent la faible peine contre un retraité marié à 12 mineures

Demain, des associations féministes organisent un sit-in devant la cour d’appel de Béni Mellal. Leur action est destinée à protester contre la condamnation en appel à six mois de prison ferme d’un retraité. Celui-ci a utilisé le mariage par la Fatiha pour épouser 12 mineures de la région.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Le mariage par la Fatiha fait encore des ravages dans les zones enclavées du Maroc. Ses dernières victimes sont douze filles de la région de Béni Mellal, toutes forcées à «se marier» au même époux. L’accusé est âgé de 60 ans. Le retraité avait été enseignant dans une école marocaine en Belgique.

Tirant profit de la précarité des familles, l’homme sillonnait les communes rurales de la province à la recherche de ses «épouses». Il opérait selon un scénario bien ficelé. Il faisait une escale dans un douar, le temps que ses rabatteurs lui dénichent une mineure. L’opération était vite conclue en quelques jours. Il louait une maison et s’y installait avec sa victime pendant une ou deux semaines. Ensuite, prétextant un voyage urgent en Belgique, il laissait la fille avec ses parents avant de s’éclipser totalement. Un scénario qu’il a exécuté douze fois dans la même région avant son arrestation.

Seules trois filles ont déposé plainte contre lui

«Seulement trois filles ont déposé une plainte contre lui. Les autres ont opté pour le silence. La justice l’a condamné en première instance à deux ans de prison. Mais en appel, la peine a été réduite à six mois de prison ferme. Il devra être libéré dans les prochaines semaines», nous confie Latifa Ziraï de la section de Béni Mellal de Ligue démocratique des droits des femmes.

Utilisant les largesses du mariage par la Fathia, le retraité avait élargi le champ de son action, «il compte des "mariages" à Khénifra et Bzou», indique Mme Ziraï. La condamnation s’est basée uniquement sur l’accusation de détournement de mineure. La falsification de documents officiels a été rejetée en appel, sachant que le mariage par la Fatiha n’exige aucun papier administratif pour sa conclusion. «Ce phénomène est largement répandu à Béni Mellal et à Azilal, et ce malgré les campagnes de sensibilisation que mène notre ONG auprès de la population», souligne Latifa Ziraï.

En décembre, et au grand dam de certains partis de l’opposition et des associations féministes, les députés de la majorité gouvernementale ont approuvé une modification de l’article 16 du Code de la famille accordant un délai supplémentaire de cinq ans à la reconnaissance du mariage par la Fatiha par les pouvoirs publics.

Soyez le premier à donner votre avis...
...
Auteur : hgjjh
Date : le 30 mars 2016 à 19h41
Pourquoi les parents de ces jeunes filles acceptent ce genre de mariage? moins de 18 ans vs 60 ans?

En plus il a épousé 12 femmes sans divorcer (mais en prenant la fuite, comme un vrai rajel...) donc vis-à-vis de l'Islam 8 mariages ne sont pas valides selon la chari3a = fornication.

Allah est juste, cet homme rendra des comptes le jour décrété...

Ya latif

Dernière modification le 30/03/2016 19:42
C'est une honte
Auteur : francomarocophile
Date : le 30 mars 2016 à 14h38
Désolée mais un homme de 60 ans qui épouse (officiellement ou avec la Fatiha) une fillette est bel et bien un pédophile et ce pédophile mérite au moins 10 ans de prison et non 6 mois.
Dire que, 2 adultes consentants homos, agressés chez eux et qui n'ont rien fait de mal écopent de la même peine de prison qu'un pédophile qui a violé 12 fillettes, on marche sur la tête.
C'est quoi cette justice ??????????????
Dernière modification le 30/03/2016 14:40
En prison pour le reste de sa vie
Auteur : Berkani11
Date : le 30 mars 2016 à 14h19
Franchement détruire la vie de jeunes femmes de cette façon est écorent, j’espère que le juge qu'il a juger sera enfermer avec lui pour le reste de sa vie en prison et qu'on les forcera à jouer à la marier 12 fois aussi
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com