Menu

Article

1880 postes à des jeunes diplômés-chômeurs : Le Maroc a-t-il retenu les leçons de la révolution tunisienne?

Les évènements en Tunisie, auraient-elles chamboulé les projets sociaux de certains dirigeants du Maghreb ? En tout cas, l'annonce du Premier ministre Abbas El Fassi d’intégrer dans l’administration marocaine 1880 diplômés-chômeurs sans passer par un concours n'a rien d'anodin. Encore moins le moment auquel il l'a faite.

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Décidément au Maghreb, la création d’emplois semble être la nouvelle trouvaille des politiques pour contenir les frustrations de jeunes qui pataugent dans le chômage. L’ex président Ben Ali, avant d’être déchu par la révolution du jasmin, pensait dissuader les manifestants en leur annonçant la création de 300 000 emplois. Une décision qui était tombée dans l’oreille de sourds, tant elle semblait irréaliste. Des jeunes tunisiens qui étaient animés d’une seule volonté ; le bouter hors du pouvoir.

Ne pas se laisser entraîner dans une logique similaire qu'en Tunisie et prévenir toute contagion, on pourrait  ainsi résumer  l'annonce de la nouvelle décision du Premier ministre marocain. En effet, après avoir rencontré les représentants des diplômés chômeurs, Abbas El Fassi a décidé d’instaurer un quota de 10% pour eux au niveau des recrutements dans l’administration publique en 2011 et 2012. Ce qui reviendrait à leur octroyer 1880 emplois cette année, révèle la Vie éco dans son édition de ce vendredi. En posant cet acte, le chef du gouvernement use de son pouvoir discrétionaire et prend le contrepied de la législation sur la fonction publique ; une loi qui stipulait que le concours est la condition sine qua non  pour  tout prétendant à un poste au niveau de l’administration. 

D’ailleurs pour accélérer la procédure, le Premier ministre a envoyé des correspondances à bon nombre de départements tels que : la justice, l’enseignement, l’intérieur et l’administration pénitentiaire pour leur demander d’intégrer ces jeunes dans leur staff. Cette décision qui primerait sur l’intérêt général au détriment de la loi, sonne aussi comme une réponse aux nombreuses manifestations des chômeurs. Les sit-in réguliers de diplômés sans emplois devant le Parlement à Rabat font en effet de plus en plus partie du décor urbain.

Il faut cependant reconnaître que la mesure n'est pas nouvelle au Maroc. L'année passée, le Premier ministre avait déjà fait bénéficier de cette dérogation à 1265 diplômés-chômeurs. Ainsi, si l'a mesure n'a rien d'extraordinaire, le timing n'en est pas moins anodin. Depuis que Ben Ali s'est enfui de Tunisie, le monde a les yeux rivés sur le Maghreb et le monde arabe. La thèse de l'effet domino a fait le tour de la presse internationale. Pour contrer les effets de contagion, il faut du concret, et voilà que le Premier ministre a pu en faire l'annonce.

La situation actuelle des jeunes chômeurs marocains, même si elle n’a rien à envier au calvaire de leurs homologues tunisien (un diplôme sur trois sans emploi), n’en n’est pas moins précaire. Selon le Haut Commissariat au Plan, en 2009 le taux de chomage chez les jeunes de 15-24 ans est de 17,9% et il est de l'ordre de 12,7% chez les jeunes de 25-34 ans. 

Après donc la baisse des prix des denrées de première nécessité dans beaucoup de pays au Maghreb et l’octroi d’indemnités aux chômeurs en Algérie, les offres d’emploi semblent être à l’heure au Maroc.

Faire un tour au Maroc ?
Auteur : webmaster
Date : le 21 janvier 2011 à 19h23
Habib75, toute notre rédaction est à Casablanca.
Donc le tour du Maroc, c'est fait merci. :)

Mais si vous ne voyez que des coïncidences, libre à vous.
Je note juste qu'il y a eu des achats de blé pour sécuriser les stocks, annonce d'embauche de diplômés chômeurs, et instruction aux forces de police de ne pas provoquer.

On peut juger ca de deux manières :
- Certains y verront de la peur que les choses dégénèrent.
- D'autres y verront du pragmatisme et des réponses aux maux des Marocains.

Mieux vaux prévenir que guérir.
sin concurso
Auteur : sadik99
Date : le 21 janvier 2011 à 19h00
sin concurso suena a querer ganar tiempo ,poco mas que propaganda de contencion y dividir a los licenciados en paro .crear las condiciones para que haya regulamente oportunidades para mas gente es el camino .el sistema tiene limites y carencias en su estructura.
n'importe quoi ...
Auteur : habib75
Date : le 21 janvier 2011 à 18h48


le maroc embauche souvent des chomeurs diplomés, dans la fonction publique ... ce n'est pas la premiere fois, ça n'a rien avec la tunisie ..

parfois il faut faire un tour au maroc , et connaitre la situation des marocains avant d'ecrire ce genre d'article, ..
tout le monde voit la revolte partout ...
Redonner son Blason.........
Auteur : Chibani2
Date : le 21 janvier 2011 à 17h14
Monsieur le Premier Ministre avec tout le respect que je vous dois,vous avez attendu l'immolation de plusieurs personnes et la révolution Tunisienne pour nous annoncer une création d'emploi.Le Président déchu et fuyard de Tunisie l'avait annoncé bien avant vous et malgrè tout cela les jeunes et les citoyens Tunisiens se sont révoltés.Ne pensez-vous que les Marocains ont en assez de votre politique car nous ne gardons pas des bons souvenirs de votre parti l'Istiqlal avec votre Feu père Allal al Fassi,lequel s'opposait à votre confrère Abderrahim Bouabid au pouvoir pour l'édification du Maroc.Il n'est jamais trop tard pour bien faire,mais ne dormez pas sur vos lauriers car le peuple est aux aboies et il n'en peut plus....
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com