En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié Le 09/11/2015 à 14h25

Après une traversée du désert de plusieurs mois, Mezouar tente de rebondir médiatiquement

La commémoration du 40ème anniversaire de la Marche verte a permis à Salaheddine Mezouar d’effectuer un retour médiatique sur le dossier du Sahara occidental.

Salaheddine Mezouar / DR

Après l’épisode des dérapages verbaux sur ses réunions avec son homologue suédoise à New York, le chef de la diplomatie essaie de revenir sur les devant de la scène. Tirant les leçons de l’échec lors de son passage au JT arabophone de Medi1 Sat, du 8 octobre, il a choisi cette fois de se confier à un média étranger.

Dans un entretien accordé à l’agence de presse espagnole EFE, Salaheddine Mezouar a déclaré que le médiateur onusien est persona non grata dans les villes du Sahara. «Il n’a rien à faire ici. C’est hors de question qu’il aille se réunir avec qui il veut à Laâyoune», a-t-il précisé. «Lorsque Christopher Ross vient au Maroc, il vient pour se réunir avec les responsables marocains, et ceux-ci se trouvent dans la capitale, c’est-à-dire à Rabat», affirmant que l’envoyé personnel de Ban Ki-moon «ne retournera jamais» au Sahara.

Communication tout à azimut

Cette position ne constitue pas une nouveauté. Elle a été d’ailleurs transmise en juin 2014 à New York au principal intéressé par Nasser Bourita, officiellement le n°3 au département marocain des Affaires étrangères. Une condition à laquelle Christopher Ross s’est depuis plié. En témoigne l’absence d’escales à Laâyoune ou Smara lors de ses déplacements au royaume de février et octobre 2015. Pour mémoire la dernière visite de Ross dans les villes du Sahara remonte à octobre 2013. Il s’était alors entretenu avec des représentants d’associations proches du Polisario.

En relation avec le dossier du Sahara occidental, Mezouar a confié à EFE l’ouverture d’ambassades au Panama et au Paraguay. Cela est pour l'instant encore de l'ordre du projet. Pourtant les deux pays avaient retiré leur reconnaissance de la «RASD» respectivement en novembre 2013 et janvier 2014.

Ces annonces interviennent alors que des représentations diplomatiques du royaume sont sans ambassadeur, telle la Suède et ce depuis janvier 2014. Interpellé sur cette question le jeudi 5 novembre par des députés lors de son passage devant la commission des Affaires étrangères à la Chambre des représentants, Mezouar a rejeté toute corrélation entre le retard dans la nomination d’ambassadeur dans ce pays est la proximité entre Stockholm et le Polisario.

Soyez le premier à donner votre avis...
Les ZAE.
Auteur : Dr.destouches
Date : le 10 novembre 2015 à 18h13
De vendeur de culottes a diplomate! Quand on a ce parcours , il ne faut pas s'attendre à des miracles.
C'est le wazir le plus nul depuis Ibn Khaldoun!
fera tu mieux que lui conspirationiste??
Auteur : ichiadmia
Date : le 10 novembre 2015 à 02h27
pour les adeptes de conspiration totu est suspect sauf leur connerie
il est nickel ce ministre
Auteur : ichiadmia
Date : le 10 novembre 2015 à 02h25
Absolument c'est un excellent ministre. rien a lui reprocher celui ou celle qui ne peut faire mieux que lui doit se taire.
deja pour devenir ministre c'est pas permi aux laches qui se cachent derriere leur clavier et critiquent farouchement les autres alors qu'eux ne peuvent meme pas tuer une mouche d'ete.
Un bon ministre
Auteur : FATEM95
Date : le 09 novembre 2015 à 17h56
S'il y a eu un ou deux faux pas, cela reste un bon ministre que ce soit de l'économie il y a quelques années ou des AE aujourd'hui. Il gère des dossiers lourds dont celui du conflit avec la France ou du Sahara, des dossiers où la probabilité de l"échec est grande , tant les attaques algériennes sont violentes et ininterrompues. Je trouve qu'il y fait face et qu'il ne réussit pas si mal que cela.

Donc démission ? Non pas du tout.
Démission????????
Auteur : sidi_babar
Date : le 09 novembre 2015 à 17h28
Sur la crédibilité de cet obscure personnage , il y a un voile de suspicion, dans l'affaire des primes quant il était Ministre des Finances, qui rend très difficile de croire ce qu'il dit.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com