Menu

Politique Publié

Maroc : Le père du ministre El Guerrouj cité dans un scandale immobilier à Saidia

Le père du ministre Abdelâdim El Guerrouj autrait bénéficié de la cession d’un lot de terrain public, plus de 8000 m2, à Saïdia, pour la modique somme de 200 dh le m2 alors que son prix sur le marché dépasserait les 5000 dh le m2. Une ONG de défense des biens publics a demandé, , dans une lettre au ministre des Finances, d’annuler l’opération de vente qu’elle estime «illégale».

Temps de lecture: 2'
Abdelâdim El Guerrouj, ministre délégué à la Fonction publique / DR

Le ministre Abdelâdim El Guerrouj est, de nouveau, dans le viseur. Contrairement à la fameuse affaire du chocolat, cette fois il n'est impliqué que de manière indirecte. Son père aurait acquis, à Saidia, un lot de terrain de 8243 m2 appartenant à l’Etat, dans des «conditions peu transparentes», accuse une l’Instance nationale de protection des biens publics au Maroc.

L’ONG a soumis le dossier au ministre des Finances

L’association précise dans une correspondance adressée à Mohamed Boussaid, que l’opération de cession a été entachée d’irrégularités. Et de citer l’exemple d la commune urbaine de Berkane qui n’en a pas été avisé, comme l’exige la loi. Fait d'autant plus étonnant que la commune projetait de réserver le terrain à la construction d’un complexe administratif, lit-on dans cette lettre.

L’association a dénoncé, également, le coût très modeste de la cession. La société du père du ministre délégué à la Formation professionnelle n’a payé que 200 dh le m2 alors que sur le marché il dépasse les 5000 dh. L’ONG estime que ce «prix symbolique» a fait perdre à l’Etat des centaines de milliers de dirhams tirés des taxes sur la vente.

Juger les responsables

Les griefs de l’Instance nationale de protection des biens publics au Maroc ne s’arrêtent pas là. Elle pointe du doigt la «complaisance» dont aurait bénéficié le père d’Abdelâdim El Guerrouj au sein des délégations du ministère des Finances dns la région de l’Oriental pour la conclusion de la cession.

L’ONG conclut sa missive en demandant à l’argentier du royaume d’annuler l’opération de vente et de poursuivre les responsables devant la justice sous l’accusation de dilapidation de deniers publics. Avant même que n’éclate cette affaire, Mohamed Boussaid avait déjà limogé son délégué à Berkane. Un geste pour calmer la protestation de la société civile à Berkane, hostile à la «mafia de l’immobilier». 

Cette affaire s’ajoute aux récentes accusations d’un élu du PJD à la mairie de Casablanca portées à l'encontre d'une société, dirigée par le frère du ministre des Finances, qui aurait bénéficié de projets sans respecter les lois de l’appel d’offres.

Les yeux plus gros que le monde lol
Auteur : morrocanboy
Date : le 12 novembre 2014 à 13h28
Ils ont vraimennt pas de nafs
Malgré qu'ils ont plus que la majorité des gens ils veulent toujours plus
C'est pas le fait de vouloir toujours plus qui me dérange car c'est un sentiment humain mais le fait de le faire de manière illégale et sur le dos des gens
moba86 meme si il y a une sanctions exemplaires ils sera pas avec les détenus normaux il sera dans une prison de luxe etc etc mieux que nous dehors mdr
messieurs les ministres je sait pas si vous volé volé bien et un peu et le faites pas de manières sauvages faites le a la ruse
On sais très bien que nous le pauvre peuple on peu rien dire juste fermer nos gueule
Mais dieu il va pas etre content mdr
Voleur!
Auteur : moba86
Date : le 12 novembre 2014 à 10h11
Il faut abosulement des sanctions exemplaires!
Ministre = Voleur au Maroc
Auteur : Hamza
Date : le 11 novembre 2014 à 15h28
Être ministre au Maroc devient synonyme de voleur.

Dès que les politiciens sont élus ou nommés à des postes de décideurs dans l'appareil d'état, ils cherchent à s'enrichir en profitant de leur position.

Ça ne doit pas rester normal, et les biens publics doivent être protégés.

Chaque ministre doit déclarer son patrimoine dans les moindres détails avant de prendre ses fonctions.
Le père du ministre...
Auteur : chebaba_01
Date : le 11 novembre 2014 à 14h15
Si cela est vrai, il faut le ramener a rendre les comptes. La voie juridique est la seule langue que ces profiteurs comprennent. Un autre s'approche de la politique pour d’après ses dires, veut devenir riche, très riche.
Tout cela est lamentable, encore dommage.
Application de droit pénal
Auteur : bou16
Date : le 11 novembre 2014 à 10h03
Si l'affaire est vrai alors j'exige, en tant que Marocain ayant subi les consequences des mafia immobilières, la démission de ce ministre ( qui adore le chocolat).

J'exige aussi que la loi soit appliqué. Pas de personnes au dessus de la loi.

Sinon, moi je ne crois plus en justice marocaine.

La balle est dans le camp de la justice. Faites nous aimer la jstice du Maroc et le Maroc entier . Ce serait mon reve :-)
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com