Menu

Politique Publié

Palestine : A-t-on le droit de n'être que sagement en colère face aux bombardements israéliens ?

Le drame qui frappe la Palestine ces derniers jours soulève une impuissante indignation des peuples à travers le monde. Les gouvernants adoptent au mieux le ton diplomatique (qu'on peut résumer par 1 partout, balle au centre) quand ce n'est pas pour donner un permis de massacrer... les Palestiniens. Face à ce sentiment d'impuissance, certains citoyens tente de dénoncer au moins par les mots. Au Maroc, un étudiant de Sciences Po Rabat a voulu réagir à chaud pour exprimer ce sentiment de nausée qui l'a envahi ce matin.

Temps de lecture: 3'
Bombardement dans la ville palestinienne de Rafah, ce mardi. / Ph. Ibraheem Abu Mustafa - Reuters

"Lorsque je m’apercevrais que mon feu sacré s’est transformé en un petit cierge, la moindre des choses serait de me mettre à vomir sur ma propre merde". Guevara fut bien plus que le hispter que la postérité et certains de ses marketeurs ont vendu à ma génération. Sa clairvoyance m’a percuté ce matin, me renvoyant à la figure mon propre reflet de bienpensant idiot, brillant par la nonchalance de son indignation face à la couverture scandaleuse de la destruction méthodique de Gaza par le gratin des reporters foireux du paysage audiovisuel français.

La nausée m’est venue de n’être que sagement en colère, le cul calé dans la quiétude de mon quotidien, du sort et de la condition des Palestiniens ; et les larmes ont coulé de cette rage que le confort mielleux de la bienséance intellectuelle m’a trop souvent empêché de libérer. Cette rage a cela de douloureux qu’elle est légitime autant qu’elle est impuissante. C’est la rage de l’impasse face à l’injustice, la rage de voir à quel point l’Histoire peut être taquine. La rage de voir David devenir Goliath.

Leur dignité, c'est la mienne

La sphère médiatique nous apprend l’asepsie de la pensée. Mais ce matin, ma rage est incompressible. Elle ne craint pas les stupides accusations d’antisémitisme que certains me porteront bêtement. Fût-elle féroce, elle ne m’a évidemment pas transformé en imbécile sanguinaire et nostalgique de Buchenwald, mais elle m’interdit désormais d’édulcorer la réalité. D’où vient-elle, cette rage qui m’envahit ? D’où vient-elle, cette empathie furieuse pour les femmes et les hommes qui peuplent cet appendice que l’on appelle Gaza ? Et d’où me vient cette envie soudaine de traverser le désert et d’aller me battre pour leur survie et leur dignité ? Tout à coup je saisis. Leur dignité, c’est la mienne. C’est mon âme que Tsahal bombarde. C’est à mon identité, à mon droit d’exister, à mon droit de résister à leurs velléités impérialistes que ces connards s’attaquent.

Sauf que mon cul est toujours calé dans mon canapé pendant que l’armée israélienne continue de mettre en place l’opération «Bordure Protectrice». Même Tsahal joue de l’euphémisme quand il s’agit de donner un nom à l’horreur. Pourtant, il s’agit bien de pilonner à coup de bombardements aériens 1,7 millions d’êtres humains parqués dans 360km². «Bordure Protectrice» dites-vous ? Au moins l’état-major israélien aura-t-il eu la courtoisie de prévenir les populations civiles de quitter les lieux. Mais pour aller où ? Le communiqué de presse ne le précisait pas.

Le triomphe de nos échecs

Le constat est édifiant à mesure que l’on tire les ficelles de l’Histoire. Le sionisme est une imposture. Une imposture que la parenthèse coloniale a rendue possible. Une réminiscence du paradigme colonial parmi les plus tenaces de notre époque. Le mythe de la «terre sans peuple pour un peuple sans terre» a triomphé sous nos yeux ébahis et incapables d’entretenir le notre, celui d’une nation arabe indivisible. Ce monde arabe qui n’en est pas un, c’est finalement là que ma rage trouve sa source.

Les Palestiniens, c’est nous qui les avons livré à leur triste sort, nous qui, par nos silences et notre inertie, les condamnons à l’agonie. Mais je suis trop injuste. Nasser a essayé, Aflaq a essayé. Les autres, au nom du réalisme, ne se sont pas foulés. Il faut dire qu’à l’époque, il fallait le vouloir. Mais ils n’ont pas voulu. Alors nous y voilà. La seule alternative, le seul front qui résiste, nous ne le connaissons que trop bien. Mais laissons à demain la question du Djihad. Il ne me reste plus ce soir qu’à vomir sur ma propre merde…

Tribune

Hakim Najib
Etudiant
Free Palestine !
et tu veux faire quoi?
Auteur : ALBAN-de-CA
Date : le 11 juillet 2014 à 05h41
quand on peux pas/veux pas arrêter par la force seul le silence reste mieux vaux rester silencieux que pleurer
sans objectifs et visions CT MT & LT
Auteur : HRKT Said
Date : le 11 juillet 2014 à 04h08
Le drame et le même drame qui était et y est en Syrie et en Iraq ''autodestruction'', moins en Egypte, Yemen, Lybia, les manipulations, mais sur la vérité il y a une lumière.
L'autocritique ? oui, mais avec conscience, et éveil d'esprit. L'ennemi mène depuis des décennies un combat qui se transforme, ce combat est culturel, intellectuel, identitaire, l'arme c'est une arme d'inconscience, d’égoïsme, de supériorité maladive, d'ignorance, ET elle est donc renforcé par le vide d’intellect constructif, les médias sont donnés aux limités politique, religion,........
Oui, le laisser aller, l'éducation limité des peuples a donné ces résultats passifs, oui, et ce qui n'a pas été prévu, c'est qu'on a fait une armée d'ignorants hypnotisés, facile à manipuler, à enrager et droguer, ils se retournent contre nous, contre nous mêmes et eux mêmes, c'est l'autodestruction....
L'intrus étranger ennemi est parmi nous, capable d’être Emir d'un groupe, et être secrétaire d'un parti soce ou laiche, islamophobe, ... on n'a plus de sources et origines, coupé de notre identité, de notre histoire, de nos principes, de nos savants, de nos ..... tout est critiqué, boudé, écarté au nom de la renaissance et la modernité, le résultat est là on est devenu des excitants manipulés de masse, des partisans du bon orateur...et suiveur de celui qui exprime verbalement nos rêves...... suiveurs et fanatiques des charlatans et qui finissent par nous diriger et opprimer et nous rendre esclave armée, réfugiés, mercenaires, cancer......
L'intrus à ghaza, c'est celui qui prend des vidéos en se fixant sur un lieu juste avant son bombardement. !?...
L'intrus c'est celui qui accepte etre soutenu par le mal...
L'intrus c'est celui qui condamne nos ancétres savants, et leurs disciples et écoles.....
L'intrus c'est celui qui dit le juste milieux, mais se divise en 2........
L'intrus c'est celui qui a dirigé des jeunes enthousiastes pour se suicider en Syrie , s’entre-tuer et détruire un pays, et faire réfugiés un peuple.....
L'intrus c'est celui qui dirige les jeunes laics à se manifester contre le choix d'un peuple en Tunisie et Egypte
Donc l'intrus c'est celui qui manipule le printemps arabe, qui se transforme en autodestruction.....
Conscience oblige , pitié pour des peuples sans intellect ... YA LATIF YA LATIF
Il faudrait poser ces questions aux Hémirs
Auteur : Kamarr
Date : le 10 juillet 2014 à 19h33
du Quatar, de Saoudi, du Koweit, des EAU, d'Oman, de Jordanie ou d'Egypte.

Nous autres, africains, on est loin de tout ça.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com