Menu

Politique Publié

Maroc : Mustapha Ramid (PJD) claque la porte du parlement

Le parlementaire du Parti de la justice et du développement (PJD), Mustapha Ramid, a annoncé lundi qu'il démissionnerait de son poste de député du parlement pour des raisons politiques. Selon lui, l’institution parlementaire aurait perdue son autorité, et lui même aurait été «gêné» dans son travail. Faits inédits au Maroc.

Temps de lecture: 1'
Photo AFP

Dans une déclaration à l’AFP, l’avocat au barreau de Casablanca a expliqué qu'il «présenterait officiellement mercredi [sa] démission du parlement marocain en tant que président du groupe parlementaire du PJD, en raison notamment de la marginalisation que subit cette institution au niveau de ses attribution et pouvoirs».

Celui par qui, le PJD avait appelé à interdire la venue d’Elton John au Festival Mawazine, a admis être «gêné» dans son travail, et préfère rendre son tablier. «En tant que président du PJD, je subis également des pressions politiques qui me gênent dans mon travail de député. J'ai contacté plusieurs personnes pour que ces pressions soient allégées, en vain», a-t-il ajouté.

L’annonce officielle de la démission du chef du groupe parlementaire du PJD à la Chambre des représentants sera lue le mercredi en séance plénière, avant d’être publiée au Bulletin officiel, selon le règlement intérieur du parlement.

C’est la première fois dans l’histoire contemporaine du Maroc, qu’un président d'un groupe parlementaire à la chambre basse démissionne pour des motifs politiques. Et selon l'AFP, les premières critiques s'élèvent déjà. Un avocat et spécialiste en droit constitutionnel, Morad Bekkouri, aurait estimé qu'il s'agissait «d'un acte irresponsable car les électeurs ont confié à M. Ramid un mandat de 5 ans et la logique voudrait qu'il honore la confiance placée en lui par les électeurs». Argumentaire qu'avait déjà invoqué feu Hassan II en 1981 pour expliquer son refus d'accepter la démission du groupe parlementaire USFP. Un refus qui ne se reproduira sans doute pas concernant la démission de Mustapha Ramid.

politique
Auteur : bzou
Date : le 29 juin 2010 à 13h38
Je pense que l'apparition d' un tel conflit est plutôt un indice de bonne lutte et de bonne pratique au sein de cette jeune et préstigieuse institution,néanmoins les démissions n'ont jamais été le moyen idéal pour régler les problèmes.

Le Maroc a besoin de toutes ses composantes,L'ordre des priorités n'est pas toujours le même pour tous .


Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com