Menu

Environnement Publié

Conséquence du réchauffement de la planète sur le Maroc : « Le défi de Rabat est de faire face au retour de l’eau »

C’est un rapport alarmant dont les décideurs du monde ont reçu le résumé lundi. Le GIEC prédit l’accélération du phénomène et la montée des eaux dans les prochaines années. Le Maroc est plus que concerné par ce fait et le GIEC estime que «le défi de Rabat est de faire face à la montée de l’eau». Cependant, un scientifique marocain met un bémol au raisonnement des experts de l’ONU. Détails.

Temps de lecture: 3'
DR

Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a publié, lundi 30 septembre à Stockholm, les premiers résultats de son cinquième rapport sur les effets du réchauffement sur la planète. De manière générale, le groupe a revu ses révisions et prédit une forte montée de la température au cours des décennies à venir. Celle-ci pourrait, en effet, grimper jusqu'à 4,8 °C d'ici à 2100 et le niveau des océans pourrait s'élever de près de 1 m. «C'est une confirmation mais aussi un renforcement des diagnostics précédents», a déclaré au Monde Jean-Pascal van Ypersele, vice-président du GIEC qui a, en réalité, revu ses prévisions à la hausse par rapport à son rapport datant de 2007.

La région méditerranéenne et l’Afrique du Nord seraient particulièrement touchées par ce phénomène. D'après le goupe d'experts, la hausse de température pourrait atteindre en moyenne 0,4 à 2,5°C entre 2046 et 2065, et même monter de 3 à 6° sur la période 2081-2100, en particulier au Nord de l’Afrique. «Cette région se trouve dans une zone climatique dite de transition, c’est-à-dire qu’il n’y fait ni chaud, ni froid», explique à Yabiladi le docteur Mohammed-Said Karrouk, professeur de climatologie à l’Université Hassan II et membre du GIEC. «Cette zone a toujours été caractérisée par la sécheresse. C’est pour cela que la rareté de l’eau y est fréquente», ajoute le climatologue.

«Le Maroc doit faire face au retour de l'eau»

Cependant le groupe d’experts a constaté, ces dernières années, une évolution défférente du phénomène. «Nous avons observé depuis des vagues de chaleur brèves, mais sévères, souvent suivies de précipitations… On a désormais, même au Maroc, une alternance intra-saisonnière de chaleur et d’humidité», explique M. Karrouk.

Il estime que le «grand défi» du royaume, aujourd’hui, est de faire face au «retour de l’eau». «La sécheresse ne représente pas un danger pour le Maroc, car nous avons appris à gérer l’absence de l’eau. Par contre, nous ne savons pas encore nous y prendre quand il y a abondance», dit le climatologue. Le docteur Karrouk rappelle que le souvenir des inondations vécues en 2009 «est encore dans les esprits». D’après lui, ce genre de phénomène pourrait se répéter à plusieurs reprises dans les années à venir. «Il va falloir pouvoir gérer cette situation, car à terme, cela a des conséquences interactives sur le milieu écologique, animal, végétal,... et même humain», relève-t-il, soulignant que la santé des hommes peut être mise en danger.

«Ce n’est pas le réchauffement climatique qui cause les inondations»

Les avis du groupe d’experts de l’ONU ne sont cependant pas partagés par tous les scientifiques, encore moins au Maroc. «Les conclusions du GIEC et les idées qu’ils font prévaloir sont plus politiques», lancent d’entrée de jeu Abderrahman El Harradji, professeur à l’Université Mohammed 1er d’Oujda et spécialiste de la géographie physique.

« Ce n’est pas le réchauffement climatique qui cause les inondations», affirme le professeur. Le premier problème des inondations provient des pentes. Quand les précipitations ne peuvent être correctement redirigées vers les canaux d’évacuation [ou vers la mer, ndlr], c’est à ce moment qu’il y a inondation». Cela révèle également le problème de «l’urbanisation mal réfléchie», relève-t-il.

Le scientifique se souvient d’un projet d’urbanisation auquel il a participé, à Tanger, en 2001. Il était, à l’époque, consultant pour le compte d’un cabinet. « Après étude, j’avais désigné certaines zones inhabitables, dans mon rapport, en raison du risque d’inondations. Les responsables du projet m’ont appelé pour explications, car ils n’y croyaient pas, estimant que ce n’est jamais arrivé et qu’en plus, c’était des lieux de vie (habitations, commerces, …). Je leur ai dit que cela finirait certainement par arriver tôt ou tard». Le projet a suivi son cours, mais en 2008 la ville a été ravagée par des inondations.

Quand on parle aujourd'hui des conséquences du réchauffement climatique sur le Maroc, le docteur El Harradji estime que «s’il y a à avoir peur, c’est de l’activité humaine ainsi que de la passiveté de l’Etat. On n’arrive pas encore à maitriser l’exploitation des ressources. Actuellement c’est le libre-service. Chacun fait ce qu'il veut, comme il veut».

Guerre de scientifiques : La responsabilité de l’homme remise en cause

Le GIEC estime désormais, avec une probabilité de 95% contre 90% en 2007, que la hausse des températures terrestres est la conséquence des accumulations des gaz à effet de serre d'origine humaine, a signifié le groupe dans le résumé de son rapport dédié aux décideurs de la planète.

Une thèse que réfutent, depuis des années, de nombreux scientifiques, dénonçant une exagération de la part des experts du GIEC. « Je suis un scientifique et non un écologiste, revendique le docteur Abderrahman El Harradji. « Considérer que c’est l’homme qui réchauffe le climat, c’est de l’exagération. Le CO2 est un gaz naturel et bénéfique pour la biodiversité. Grâce à lui, Il y a des terres dégradées qui ont reverdi au bout d’un temps », indique-t-il estimant que tant qu’on ne peut évaluer de manière précise la part du gaz émise par l’homme dans l’atmosphère, on ne saurait lui attribuer la totale responsabilité du réchauffement climatique.

Si les rapports du GIEC sur les effets du réchauffement climatiques sur la planète sont parfois contestés dans le milieu scientifique, une toute autre catégorie de contestataires émergent : ceux qui dénoncent « la sous-estimation » des effets du réchauffement climatique par le GIEC.

histoire d'égouts
Auteur : fofinho
Date : le 23 février 2017 à 08h33
je pense que vous voulez parler d'égouts (même racine que gouttes et non "d'égaux", mais ce que cette employée a fait je le voyais faire à Paris (en France). Le système utilisé consiste à ouvrir des vannes situées en ordure des trottoirs pour créer un ruisseau lequel emporte tout le produit de balayage vers la rivière. Sauf qu'avant d'arriver dans la seine l'eau est filtrée pour la rétention des déchets. Ceci évite de ramasser les ordures balayées, l'utilisation d'une brouette et l'encombrement de l'espace public. Utiliser cette méthode à Casa est un non-sens et un défaut de formation de l'employée qui a du certainement s'inspirer des parisiens.
En ce qui concerne le nom du scientifique je me pose la question comment ça s'écrit en arabe ? Y a-t-il un "d" devant le "J" (Harradji ou Harraji) ?
Teneur en CO2 de l'atmosphère
Auteur : BENATA Mohamed
Date : le 03 octobre 2013 à 02h44
J'ai lu votre article. Vous avez bien fait de confronter les deux points de vue opposés celle du Pr Karrouk et celle du Pr El Harradji. Bien que je ne suis pas tout à fait d'accord avec mon ami Pr El Harradji, qui ne veut pas admettre que l'homme pollue la planète et son atmosphère et ne veut pas admettre les mesures scientifiques qui montrent que nous avons multiplier par 2 la teneur de l'atmosphère en CO2 en l'espace de deux siècles. La période de deux siècles ce n'est rien par rapport à la vie de l planète, mais le fait de passer de 200 ppm à 400 ppm de CO2 en ce laps de temps c'est grave.
oui
Auteur : imlil7777
Date : le 02 octobre 2013 à 12h18
l’Éducation environnementale est inexistante au maroc.
mais les marocains ne sont pas responsable du réchauffement planétaire mais ils en subissent les conséquences
non c'est le pere noel
Auteur : imlil7777
Date : le 02 octobre 2013 à 12h10
Non c'est le père noël qui est responsable et non l'homme.
moi je viens de la région du Toubkal (la maison est à 3200 m d'altitude) et EN dix ans il n y a plus de neige ni de glaciers.
La rivière est devenue un petit ruisseau. alors qu on NE pouvait pas traverser cette rivière MEME en juin et juillet.
-- M LE PROFESSEUR JE VOUS SIGNALE QUE d'ici 20ans nos belle montagnes vont devenir un désert sans vie
Dernière modification le 03/10/2013 18:50
Même le citoyen à sa part de responsabilité
Auteur : moden
Date : le 02 octobre 2013 à 11h27
Certains citoyens marocains mal éduqués jettent tous les déchets ménagers (plastiques, cartons, bouteilles …) dans la rue à même le sol qui finiront directement dans nos égaux, rajoutant à cette triste réalité le manque d’infrastructure des égaux et assainissement mal entretenu provoque inéluctablement des inondations.
J ai vu de mes propres yeux au quartier du Maârif, un agent féminin de la voirie (Eboueuse), qui est responsable de l’entretien et la propreté de nos voies publiques, qu’au lieu de ramasser les sacs noirs en plastiques et les bouteilles dans les rues et les mettre dans son chariots, elle les cachait dans les égaux avoisinants en les poussant bien au fond. MDP
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com