Menu

Article

Canada : « La fin de l’immigration » ou le retour de l’exploitation ? [DOCU]

Le Canada est souvent perçu comme l’un des pays à la politique migratoire la plus juste et généreuses, mais depuis 2002, la possibilité ouverte pour les entreprises canadiennes de recruter des ‘travailleurs étrangers temporaires’ en dehors du système national a totalement changé la donne. Les immigrés se retrouvent coincés dans un système où ils n’ont aucun droit, révèle le documentaire «La fin de l’immigration ?» de Marie Boti et Malcom Guy.

Publié
DR
Temps de lecture: 3'

Le Canada est en train de privatiser sa politique migratoire, révèle le documentaire de Marie Boti et Malcom Guy «La fin de l’immigration ?», diffusée le 28 juin, sur Radio Canada et le 15 juillet dans le cadre du Cinéma sous les étoiles, à Montréal. Pays réputé généreux avec les migrants qu’il accepte sur son territoire, le Canada a très discrètement, mais très profondément modifié son rapport à la migration. Derrière le système classique par lequel n’importe quel étranger peut solliciter le droit d’immigrer au Canada, se place un système d’importation temporaire de main d’œuvre étrangère initié directement par les sociétés canadiennes en fonction de leurs besoins.

En 2011, le Canada comptait 571 Marocains, parmi les 190 000 travailleurs étrangers temporaires cette année là. En 2012, le total a augmenté à 213 500 travailleurs étrangers temporaires. Depuis 2009, leur nombre est supérieur aux nombre d’immigrants entrés au Canada par le système classique gouvernemental. Ils sont parrainés par des provinces et ils vont directement travailler dans des usines, des abattoirs industriels ... «Ce sont les employeurs qui font les dossiers ; pour les permis temporaires, le gouvernement ne fait que tamponner», indique Hélène Pellerin, professeure à l’université d’Ottawa, spécialiste du rôle des diasporas dans l’économie mondiale.

Prêt à tout pour travailler

Le documentaire de Marie Boti et Malcom Guy révèle de quelle façon ce système s’est formé au détriment des migrants. Des bureaux de recrutement, installés dans les pays de d’émigration, sélectionnent les candidats pour les sociétés canadiennes qui demandent des travailleurs étrangers temporaires. Un entretien d’embauche édifiant d’un Philippin, pour le compte de Mc Donald's, a été filmé par les deux réalisateurs. Les recruteurs demandent au candidat quelle serait sa réaction si sa famille se retrouvait dans une situation si grave qu’il soit question de vie ou de mort. Celui-ci, pour obtenir le poste, se retrouve dans l’obligation d’expliquer à plusieurs reprises qu’il choisirait de rester travailler au Canada pour Mc Donald's plutôt que de revenir aider sa famille.

Ce n’est qu’au terme de ce type d’entretien d’embauche où le candidat doit prouver qu’il est prêt à tout pour le poste, qu’il se voit délivré un Avis relatif au Marché du Travail (AMT) nécessaire pour émigrer. Plusieurs témoignages révèlent que les Philippins paient 5000 à 6000 dollars à l’agence de recrutement, voire paient également leur billet d’avion, pour obtenir un AMT, alors que la loi exige que tous les frais soient pris en charge par la société canadienne qui recrute.

L’AMT est une sorte de contrat à durée déterminée qui contraint le travailleur à travailler exclusivement pour la société qui l’a recruté et fait venir au Canada. Il ne lui offre en aucun cas la possibilité de devenir résident permanent au Canada contrairement aux autres formes d’immigration. Au terme de son contrat, l’immigrant doit soit trouver une nouvelle société qui accepte de lui délivrer un AMT, soit partir, sans quoi il se retrouve en situation irrégulière. De telles conditions mettent l’immigré dans une situation de totale dépendance vis-à-vis de son employeur qui peut exiger de lui des heures supplémentaires non payées, de le voir travailler même lorsqu’il est malade, de lui louer un appartement au dessus de son prix réel... montre le documentaire.

«Le plus en douceur possible»

Pour Thomas Lukaszuk, ministre du travail et de l’immigration, interrogé par les deux réalisateurs, le problème semble ailleurs. «Notre travail comme gouvernement est de nous assurer que cela se passe le plus en douceur possible pour les employeurs afin que le temps d’attente ne soit pas long, qu’ils puissent trouver des travailleurs aussitôt qu’ils en ont besoin», expliquait-il alors. C’est, encore aujourd’hui, la troisième préoccupation du gouvernement dans son projet de réforme du programme des travailleurs étrangers temporaires. La première consiste à garantir la préférence nationale aux Canadiens dans le cadre de ces recrutements et la seconde à protéger les travailleurs étrangers temporaires.

Objectif, que les institutions Citoyenneté et Immigration Canada (CIC) et Ressources Humaines et Développement des Compétences Canada disposent «de nouveaux pouvoirs les habilitant à vérifier si l’employeur respecte les exigences du Programme après que le permis de travail a été délivré et pendant que le Travailleur Etranger Temporaire se trouve toujours au pays», indique le gouvernement sur le site du CIC.

«La fin de l’immigration ?»


Esclavage
Auteur : abde12
Date : le 15 juillet 2013 à 21h26
On dirait que yabi partage les préoccupations de tous ces gens impudiques, fainéants, incompétents qui règnent au Maroc : "les MRE doivent nous apporter du fric !" ou "comment se débarrasser de notre populace".
On ne sait pas comment le marché de l'emploi fonctionne au Maroc mais ici bizarrement, pour le Canada, que de détails !!!
Un peu de pudeur svp
mais quel tocard lol
Auteur : sanzo74
Date : le 15 juillet 2013 à 05h53
quel rapport avec les barbus et les voilées ? lol
La haine de l'islam de certain les fait vraiment délirer ^^
hhhhh
Auteur : malikaoujdia
Date : le 14 juillet 2013 à 01h24
Vous faîtes pitié vous êtes quoi vous vous êtes des étranger comme tous l monde que tu soit née en france ou pas tu reste toujour un étranger alors arrêtez de vous prendre pour ce que vous n êtes pas vous avez du sang arabes comme vos père tzzzzzzz
il faut faire pareil en France pour barrer la route aux barbus ety aux voilées
Auteur : sakki
Date : le 13 juillet 2013 à 21h29
il faut faire pareil en France et en EUROPE pour mettre fin que ces barbus , et ces voilées qui ne savent même pas réciter la fatiha , cessent de polluer le climat en France
ils et elles savent qu une fois elles et ils obtiennent leur bi nationalité et sans travailler , ils et elles foutent la .......
pour ça il faut faire comme le Canada une fois le contrat est fini , ou tu trouves du travail! ou tu rentres chez toi , ils n'auront pas le temps de trop fréquenter les mosquées , et les débiles imams extrémistes qui s'y trouvent
Dernière modification le 13/07/2013 21:32
faut faire vite ! ! !
Auteur : allaoui38
Date : le 13 juillet 2013 à 17h37
le canada doit se prendre en charge le plutôt possible, au risque de devenir comme la france , où la racaille se trouve partout , certains n'ont qu'une seule occupation : emmerder les honnêtes gens ...
l’immigration n'est pas un droit , chaque pays a le droit de la gérer comme bon lui semble ...
Dernière modification le 13/07/2013 17:39
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/