Menu

Article

Inondations à Tétouan : L’absence des autorités locales pointée par des associatifs

Depuis lundi matin, la ville de Tétouan connaît d’importantes précipitations, des quartiers ont été inondés et d’importantes crues ont causé des dégâts matériels, détruisant des biens ou donnant lieu à des infiltrations. L’Observatoire du nord des droits de l’Homme (ONDH) pointe l'absence des autorités locales.

Publié
Photo d'illustration / DR.
Temps de lecture: 2'

Alors que la ville de Tétouan et ses environs connaissent des intempéries depuis lundi, ces pluies ont donné lieu à des inondations dans certains quartiers, provoquant des dégâts matériels et des infiltrations dans les maisons. Plusieurs riverains ont appelé les autorités locales à intervenir pour leur venir au secours, leur reprochant leur manque de réactivité face au drame. A la suite d’une visite de terrain dans les zones inondées, l’Observatoire du nord des droits de l’Homme (ONDH) a fait état d’«une terrible réalité qui a mis à nu la fragilité des infrastructures pour lesquels des milliards des deniers publics ont été allouées» ces dernières années.

Dans un communiqué publié aux premières heures de ce mardi, l’ONG a notamment pointé du doigt «la disparition totale des responsables locaux, les habitants ayant ainsi été abandonnés à leur sort, les exposant au danger». L’association a aussi confirmé les dégâts matériels qui ont causé des pertes de biens et de marchandises, en plus de dommages aux habitations. Elle met en cause aussi la gestion déléguée de l’eau et de l’électricité, confiée à la société Amandis qui, selon l’Observatoire «reçoit chaque mois l'argent des citoyens en échange de services de très mauvaise qualité».

L’ONDH souligne que les dommages causés par les récentes inondations «ne peuvent pas être imputées aux pluies, elles sont plutôt révélatrices de l’état de l’infrastructure» ainsi que de l’implication des responsables locaux, «disparus au moment où ils sont censés être en première ligne pour faire face à la situation de crise». Ainsi, l’organisation a indiqué tenir «la Commune urbaine de Tétouan et la société Amandis pour responsables des conséquences de ces inondations», en plus de la démission de la préfecture.

Tétouan risque de vivre encore des heures difficiles

Les habitants de Tétouan et des alentours risquent de vivre encore des heures difficiles, puisqu’un nouveau bulletin d’alerte orange a été publié aujourd’hui. La Direction générale de la météorologie (DGM) y a prévu de fortes averses orageuses, mardi et mercredi dans plusieurs provinces. Ainsi, 40 à 70 mm de pluies sont prévues du mardi à 12h00 au mercredi à 15h00 à Al Hoceïma, Driouch et Nador, alors que 30 à 40 mm concerneront les provinces de Chefchaouen et de Tétouan.

Dans ces conditions, les cours présentiels sont rendus difficiles. La Direction régionale de l’Education nationale à Tétouan a décidé de suspendre les études dans tous les établissements scolaires, notamment ceux situés en zone rurale, afin d’éviter les risques résultant des mauvaises conditions météorologiques. Selon des informations obtenues par le site local Tanja24, cette décision a été prise sur les directives des autorités régionales, compte tenu de l’alerte météorologique de la DGM et conformément à la note ministérielle 14/162 concernant la protection contre les dangers résultant des changements climatiques et des mauvaises conditions météo.

Aussi, la direction a appelé à prendre toutes les précautions nécessaires pour préserver la sécurité des élèves et des étudiants, ainsi que tous les cadres administratifs et éducatifs des établissements d’enseignement du monde rural.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com