Menu

Breve

Blocage d’El Guerguarte : «Point de processus politique avec les gangs», déclare Bourita

Publié
Nasser Bourita, ministre des Affaires étrangères / Ph. MAECI
Temps de lecture: 1'

C’est depuis Dakhla que Nasser Bourita a choisi de répondre au blocage d’El Guerguerate par des membres du Polisario. Le ministre des Affaires étrangères a traité ceux qui obstruent la circulation des biens et des personnes à la frontière de «brigands».

«Point de processus politique avec les gangs. Point de processus politique avec les brigands et point de processus politique avec la partie qui a perdu toute crédibilité et qui travaille en tant que groupe armé et gang (…) Elle ne peut être l’interlocutrice du Maroc et ne peut être une partie dans tout processus politique.»

Nasser Bourita

Le chef de la diplomatie a souligné que malgré «ces actes de brigandage» le Maroc est déterminé à continuer «sur la voie» qu’il a choisie «avec la conviction des Etats, dans la légitimité internationale et avec les positions claires des Nations unies sur ces provocations et leur illégalité, que ce soit par le Conseil de sécurité dans sa résolution en 2017, ou par le secrétaire général des Nations unies».

Pour mémoire dans sa résolution 2414, adoptée le 28 avril 2018, les Quinze se sont dits «préoccupés par la présence du Front Polisario dans la zone tampon de Guerguerat et demande son retrait immédiat. Préoccupés également par le fait que le Front Polisario a annoncé qu’il prévoyait de déplacer des fonctions administratives à Bir Lahlou, le Conseil lui demande de s’abstenir de se livrer à de tels actes déstabilisateurs». 

Le mercredi 21 octobre, Antonio Guterres a appelé, à nouveau, le Front à quitter la zone tampon de Guerguerat et de ne plus obstruer la circulation civile et commerciale régulière dans cette zone.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/