Menu

Breve

Guerre Haidar-Tamek : Démission collective des structures du Polisario

Publié
Aminatou Haidar. / DR
Temps de lecture: 1'

La guerre entre Aminatou Haidar et Ali Salem Tamek se poursuit avec l’ouverture d’un nouveau front dans les camps de Tindouf. Face au peu d’intérêt médiatique et politique accordé au congrès du CODESA du 28 septembre, des fidèles de Tamek ripostent. Ainsi, un groupe composé de douze personnes annoncent, dans une lettre adressée aujourd’hui à Brahim Ghali, leur démission collective de toutes les structures du Polisario.

Un départ qu’ils attribuent à «l’échec du ministre des Territoires occupés et de la diaspora», Mohamed Wali Akeik à «instaurer un équilibre» entre les associations pro-Polisario opérant au Sahara.

Les signatures du document, dont Yabiladi détient une copie, estiment que le responsable «n'a pas pris des mesures efficaces pour éviter les collisions au sein des structures des associations de l'action nationale» et lui reprochent d’«avoir failli dans la mise en œuvre de certaines propositions pratiques devant assurer l'unité nationale parmi les militants du Front Polisario dans les territoires occupées».

Dans leur réquisitoire contre la gestion de Wali Akeik de leur dossier, ils n’ont pas hésité à l’accuser d’avoir «falsifié certains faits qu’il aurait dû rapporter fidèlement» au chef du Polisario et au secrétariat de l’organisation politique et de «favoriser» une ONG au détriment des autres. Une allusion plus que transparente à la proximité entre Mohamed Wali Akeik et Aminatou Haidar, les deux étant en effet issus de la tribu des Ezarguiyine.  

Le congrès du 28 septembre du CODESA a été boudé par la majorité de la presse du Polisario et rares sont les supports ayant accepté de le couvrir ou de publier son communiqué finale. En revanche, l’annonce du 20 septembre de la création de l’«Instance sahraouie contre l’occupation marocaine» que préside Aminatou Haidar a bénéficié d’une forte médiatisation.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/