Menu

Interview

Coronavirus : Comptabiliser la surmortalité pour une visibilité sur la situation épidémiologique [Interview]

Spécialiste en médecine interne et en gériatrie en libéral, ancienne cheffe de service à l’hôpital de Kénitra, Dr Khadija Moussayer souligne que la cartographie des décès directs et indirects liés à la pandémie du nouveau coronavirus, notamment au Maroc, permet de mieux mesure l’ampleur de la propagation de l’infection. Auprès de Yabiladi, elle explique pourquoi.

Publié
Photo d'illustration / Ph. AFP
Temps de lecture: 4'

Qu’entend-t-on par la surmortalité directe et indirecte liées à la pandémie du nouveau coronavirus ?

La surmortalité décrit un taux de mortalité supérieur à une moyenne habituelle. Dans le cas de l’épidémie du coronavirus, elle se définit comme un excès de décès par rapport à une situation normale. La surmortalité directe comprend les décès comptabilisés officiellement comme relevant de la covid-19 et l’ensemble des personnes mortes du virus, sans qu’on ne l’ait toujours clairement identifiée (faute d’un test après le décès) mais avec des suspicions par rapport à des symptômes. La mortalité indirecte est due aux conséquences de l’épidémie, qui ont restreint l’accès aux soins classiques.

La crainte de contamination par ce nouveau coronavirus (covid-19) et le manque de moyens ont, en effet, limité l’accès aux services de santé en période de confinement, selon le Haut-commissariat au plan (HCP) dans une de ses notes sur les rapports sociaux pendant l’épidémie, parues fin juillet.

On a observé ainsi que parmi les 11,1% de personnes souffrant de maladies chroniques ayant nécessité un examen médical lors du confinement, 45,2% n’ont pas eu accès à ces services et que, parmi les 10,1% de personnes souffrant de maladies passagères et ayant nécessité une consultation, 37% n’ont pas pu en bénéficier. Il en a donc découlé un certain nombre de décès qu’on se doit d’appréhender : c’est la mortalité indirecte.

Celle-ci ne correspond pas uniquement à des hausses de décès d’ailleurs, car la période en cause de confinement se traduit aussi par une baisse de la mortalité en raison de la réduction des déplacements et des activités (accidents de la route, accidents professionnels...).

On voit donc qu’on peut mourir de la Covid-19 (surmortalité directe) ou avec la Covid-19 (surmortalité indirecte), comme le précise Antoine Flahault, directeur de l’Institut de santé globale, à l’Université de Genève et un des meilleurs spécialistes de ce domaine.

Comment les données relatives à la mortalité et à la surmortalité aident à mieux cerner la situation épidémiologique globale ?

La surmortalité (l’excès de décès lors de la crise épidémique par rapport à une situation normale) permet d’avoir une vision statistique complète de l’épidémie. Cela passe par une comparaison des décès totaux dans la période de crise par rapport à un nombre de décès moyen fondé généralement sur la mortalité des cinq années précédentes. L’écart constaté par rapport à cette moyenne, la surmortalité, assure d’englober tout à la fois : les décès hospitaliers comptabilisés officiellement comme relevant de la Covid-19, la mortalité directe de personnes mortes souvent à la maison à cause du virus et la mortalité indirecte due aux conséquences de l’épidémie. La réunion de ces trois composantes donne le bilan final de l’épidémie.

La difficulté est de bien séparer une mort naturelle d’une mort causée par la covid-19. L’attribution d’une cause déterminée (covid-19 ou non) n’est pas aisée, quand il s’agit du décès d’une personne âgée notamment, et surtout passée 80 ans quand elle souffre de polypathologies. Ce problème fait encore débat, même en Europe.

Le lien peut être ténu, par exemple, dans le cas d’un suicide lié au confinement, ou très fort, si l’infection perturbe l’équilibre précaire causé par des maladies préexistantes et provoque par exemple un décès par Parkinson ou insuffisance cardiaque. Dans l’incertitude d’une situation, le décès pourtant est normalement affecté au décompte des victimes de l’épidémie.

A-t-on des chiffres de la mortalité globale liée à la covid-19 pour le deuxième trimestre, au Maroc et dans le monde ?

En Europe, on a une idée assez claire de la situation. Selon des données publiées fin juillet par l’Institut français de la statistique (Insee), les écarts entre les bilans officiels au jour le jour et la surmortalité constatée à partir des registres de décès ont pu dans certains pays être plus ou moins significatifs. En revanche, les écarts sont assez faibles en Belgique et en France. Au total, on sait maintenant que la surmortalité en Europe a enregistré une hausse de 50% entre fin mars et début avril, en raison de la pandémie et plus précisément respectivement de 71 % en Espagne, 49 % en Italie, 44 % en Belgique et de 28 % en France sur l’ensemble des 8 semaines comprises entre début mars et fin avril.

Toutefois, de nombreux pays comme le Maroc n’ont malheureusement pas les données pour mesurer rapidement la surmortalité, faute d’un enregistrement pas toujours suffisamment précis des causes de la mort et d’une relative rapidité à effectuer ce chiffrage. Et de nombreux pays à faible revenu (comme en Afrique) ne tiennent pas de registre de décès, ou en tiennent un mais sans en préciser les causes. C’est un processus difficile car les causes de mortalité doivent être codées, à partir des certificats de décès remplis manuellement par le médecin, selon la classification internationale des maladies de l’OMS.

Une exception notable en Afrique, tout de même, l’Afrique du Sud où des chercheurs du Conseil sud-africain de la recherche médicale (SAMRC), un organisme indépendant, estiment déjà qu’environ 17 000 décès supplémentaires causés par le coronavirus n’ont pas été enregistrés, entre mai et fin juillet, dans les statistiques officielles qui s’établissaient début août à seulement 8 800 morts.

Peut-on, de ce fait, avoir une piste de comparaison pour vérifier la surmortalité par rapport à 2019 ?

Pour le moment non, et il faudra attendre encore de nombreux mois certainement pour avoir une estimation plus affinée.

Une meilleure connaissance de la surmortalité au Maroc dans des délais raisonnables serait pourtant fort utile pour le suivi de l’épidémie, pour le respect des standards internationaux recommandés par l’OMS et, ne serait-ce qu’en mémoire de toutes les victimes ! L’écart entre surmortalité et bilan surtout hospitalier sera d’ailleurs certainement significatif mais faible au total, beaucoup plus réduit en tout cas qu’en Europe (une hausse de la surmortalité constatée de 50% entre fin mars et début avril), du fait d’une proportion de personnes âgées (les victimes principales) beaucoup moins élevée dans notre pays encore jeune. 

En tout état de cause, les évaluations actuelles entre les différents pays doivent être interprétées avec beaucoup de prudence, sinon de suspicion, du fait de l’hétérogénéité des bases des calculs et des structures de la population : est-il vraiment raisonnable et scientifique en effet de comparer, par exemple, certains pays d’Afrique à la jeunesse débordante avec une Italie vieillissante ?

* Dr Khadija Moussayer, spécialiste en médecine interne et en gériatrie, présidente de l’Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS), ancienne cheffe de service à l’hôpital de Kénitra, ancienne médecin interne aux Hôpitaux de Paris – Pitié Salpêtrière – Hôpital Charles Foix, 

Bilan Coronavirus dans le monde
175 960 479
Contaminations
3 804 166
Décès
113 993 656
Guérisons
 
Contaminations
Morts
États-Unis
33 461 982
599 769
Inde
29 510 410
374 305
Brésil
17 412 766
487 401
France
5 802 314
110 553
Turquie
5 330 447
48 721
Russie
5 148 499
124 314
Royaume-uni
4 581 779
128 168
Italie
4 244 872
127 002
Argentine
4 124 190
85 343
Colombie
3 753 224
95 778
Espagne
3 733 600
80 501
Allemagne
3 723 295
89 849
Iran
3 028 717
82 098
Pologne
2 877 469
74 573
Mexique
2 454 176
230 150
Ukraine
2 283 746
53 795
Pérou
2 003 625
188 708
Indonésie
1 911 358
52 879
Afrique du sud
1 747 082
57 765
Pays-Bas
1 700 260
17 989
Tchéquie
1 665 097
30 225
Chili
1 476 473
30 707
Canada
1 409 496
25 895
Philippines
1 315 639
22 788
Irak
1 254 643
16 705
Suède
1 083 456
14 574
Roumanie
1 079 726
31 834
Belgique
1 076 338
25 088
Pakistan
942 189
21 723
Portugal
857 447
17 047
Israel
839 666
6 430
Bangladesh
826 922
13 118
Hongrie
806 790
29 904
Japon
775 624
14 023
Jordanie
739 847
9 530
Serbie
714 891
6 962
Suisse
700 051
10 859
Malaisie
657 508
3 908
Autriche
648 620
10 661
Népal
608 472
8 412
Emirats Arabes Unis
597 986
1 726
Liban
542 375
7 790
Maroc
523 890
9 211
Arabie Saoudite
465 797
7 572
Kazakhstan
457 474
3 491
Equateur
438 934
21 048
Bulgarie
420 336
17 900
Grèce
414 933
12 419
Bolivie
406 954
15 542
Biélorussie
405 663
2 978
Paraguay
391 436
10 834
Slovaquie
391 026
12 439
Panama
387 842
6 444
Tunisie
368 908
13 515
Croatie
358 563
8 132
Georgie
353 965
5 048
Costa Rica
339 900
4 322
Uruguay
338 513
4 995
Azerbaidjan
335 171
4 953
Koweit
327 963
1 820
Gaza
311 534
3 533
République Dominicaine
308 650
3 707
Danemark
290 674
2 526
Lituanie
277 746
4 339
Ethiopie
274 187
4 242
Egypte
273 182
15 623
Guatemala
271 703
8 455
Irlande
266 804
4 941
Bahreïn
258 731
1 221
Slovénie
256 443
4 404
Moldavie
255 797
6 154
Vénézuela
251 686
2 829
Honduras
247 728
6 631
Oman
234 634
2 513
Arménie
223 682
4 484
Sri Lanka
223 638
2 136
Qatar
219 730
577
Bosnie/Herzégovine
204 597
9 479
Thailande
195 909
1 449
Libye
189 059
3 161
Kenya
175 337
3 410
Nigeria
167 066
2 117
Cuba
157 708
1 087
Macédonie
155 536
5 471
Corée du sud
148 273
1 988
Birmanie
145 603
3 244
Lettonie
136 030
2 456
Algérie
133 388
3 571
Albanie
132 459
2 453
Estonie
130 510
1 266
Norvège
128 046
789
Zambie
111 746
1 389
Kirghizistan
110 370
1 890
Kosovo
107 170
2 255
Ouzbekistan
103 510
708
Chine
103 380
4 846
Montenegro
99 956
1 601
Ghana
94 493
789
Finlande
93 821
964
Afghanistan
89 861
3 527
Cameroun
80 090
1 310
Mongolia
76 084
365
El Salvador
75 351
2 295
Chypre
73 190
373
Mozambique
71 538
841
Luxembourg
70 406
818
Maldives
70 301
197
Namibie
65 089
995
Singapoure
62 276
34
Ouganda
61 977
428
Botswana
59 480
896
Jamaique
49 277
997
Cote d'Ivoire
47 662
306
Sénégal
41 998
1 154
Madagascar
41 933
887
Zimbabwe
39 959
1 632
Cambodge
38 427
335
Angola
36 705
831
Soudan
36 203
2 732
Congo (Kinshasa)
35 228
834
Malawi
34 485
1 159
Cabo Verde
31 571
273
Malta
30 581
419
Australie
30 262
910
Trinité-et-Tobago
28 723
670
Rwanda
28 373
370
Syrie
24 814
1 810
Gabon
24 736
156
Guinée-Bissau
23 398
167
Mauritanie
20 073
475
Eswatini
18 736
676
Guyane
18 386
426
Suriname
18 372
404
Papua New Guinea
16 682
165
Haiti
16 079
346
Somalie
14 817
774
Mali
14 350
523
Andorre
13 813
127
Togo
13 627
126
Burkina Faso
13 459
167
Tajikistan
13 308
90
Seychelles
12 973
46
Belize
12 938
325
Taiwan*
12 921
437
Congo (Brazzaville)
12 121
160
Bahamas
12 092
236
Djibouti
11 572
154
Lesotho
10 921
326
Sud Soudan
10 688
115
Vietnam
10 630
59
Guinée équatoriale
8 650
120
Timor-Leste
8 285
18
Benin
8 109
102
Nicaragua
7 662
188
République Centrafricaine
7 101
98
Yémen
6 862
1 349
Islande
6 555
29
Gambia
6 008
180
Niger
5 446
192
Sainte-Lucie
5 179
80
Saint-Marin
5 090
90
Burundi
5 013
8
Tchad
4 942
174
Erithrée
4 848
16
Sierra Leone
4 388
82
Barbade
4 036
47
Comores
3 899
146
Guinée-Bissau
3 803
69
Liechtenstein
3 026
59
Nouvelle-Zélande
2 709
26
Liberia
2 535
93
Monaco
2 525
33
Sao Tome and Principe
2 358
37
Saint Vincent and the Grenadines
2 156
12
Laos
1 996
3
Bhutan
1 813
1
Maurice (Ile)
1 673
18
Antigue et Barbuda
1 263
42
Fidji
1 118
4
Diamond Princess
712
13
Tanzanie
509
21
Brunei Darussalam
248
3
République Dominicaine
189
0
Grenada
161
1
Saint Kitts and Nevis
155
0
Holy See
27
0
Iles Salomon
20
0
MS Zaandam
9
2
Iles Marshall
4
0
Vanuatu
4
1
Samoa
3
0
Kiribati
2
0
Micronésie
1
0
Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com