Menu

Société Publié

Les parents d’élèves des lycées français dénoncent une «injustice à l'égard des futurs bacheliers»

Temps de lecture: 1'
Photo d'illustration. / DR

Le groupement des parents d'élèves et des étudiants des lycées hors contrat au Maroc a dénoncé samedi le fait qu’une centaine d'étudiants marocains inscrits dans des lycées français hors contrat au Maroc se voient contraints de passer le baccalauréat au mois de septembre 2020.

«Au début du mois d'avril, et en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, le ministre de l'Education nationale française, M. Jean-Michel Blanquer, a annoncé comme critère à l'obtention du baccalauréat 2020, les notes du contrôle continu. Dans son discours, il n'a pas inclus les établissements hors contrat», dénoncent les parents d’élèves.

Et d’expliquer qu’il «a fallu que certaines personnalités en France s'insurgent pour que le soir même, il rattrape son omission». «Nous, étudiants marocains dans un établissement français hors contrat, étions satisfaits de cette décision, jusqu'au 28 mai où un décret ministériel est sorti, excluant les établissements hors contrat à l'étranger», ajoute le communiqué.

Pour les parents, passer un baccalauréat au mois de septembre remet en question les projets post-bac de ces élèves. Ils citent la confirmation des inscriptions dans les universités, l’installation des étudiants dans une autre ville ou un autre pays ou encore la participation aux concours marocains, entre autres.

Ils dénoncent ainsi «une injustice et une discrimination dans l'accès à l'enseignement supérieur» et demandent à «être traités de la même manière que les étudiants dans les établissements hors contrat en France», revendiquent-ils.

Les parents et élèves demandent enfin à ce que le baccalauréat soit basé sur leurs livrets scolaires et leurs notes du contrôle continu.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate