En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Histoire Publié Le 11/01/2012 à 16h18

Marseille : Ouverture d’un centre de ressources sur l’histoire de l’immigration

Un centre de ressources sur l’histoire de l’immigration a vu le jour à Marseille, lundi 9 janvier. Il est mis en œuvre par l’association Ancrage. 

DR

Le grand public de Marseille peut désormais découvrir la richesse cachée derrière des centaines d'années de migration. L'association Ancrages a inauguré lundi, dans le 16e arrondissement de Marseille, son Centre de Ressources dédié à l'histoire et mémoires des migrations en Bouches-du-Rhône.

Ce centre a pour vocation la sauvegarde et la valorisation de l’histoire, la mémoire et le patrimoine de l’immigration, afin «de promouvoir l’histoire culturelle de l’immigration», a indiqué à 20 Minutes.fr la directrice l’Association Ancrage et fondatrice du Centre, Samia Chabani.

Plus de 2500 documents sur l’immigration et sur les pays d’émigration des populations, des ouvrages, des films, des iconographies sont mis à la disposition du public. Ces ressources pourront être consultées le mardi et le jeudi de 10h à 13h et de 14h à 17h, moyennant un abonnement de 3 à 10 € par an.

3 questions à Samia Chabani

D’où vous est venu l'idée d’initier un tel projet ?

A Marseille,  terre  d’immigration  depuis plusieurs  siècles,  l’histoire  des  immigrés  est indissociable de celle du territoire. Celui-ci a été façonné par l'arrivée, l’installation  et  l’implication  des  vagues  migratoires  successives. La reconnaissance de l’apport des étrangers à l’histoire   culturelle,   politique,   économique et sociale commune passe  par  une  meilleure connaissance  de l’histoire  de  l’immigration de la cité phocéenne. Le but de notre projet est de sortir la question de l'immigration de son instrumentalisation politicienne et de l'inscrire dans une démarche pédagogique, civique et patrimoniale.

Comment s'est déroulée la mise en œuvre du projet ?

Nous nous sommes appuyés sur un contexte institutionnel favorable au niveau national et local. En 2009, sous l’impulsion de la Direction des Archives de France et de l’association Génériques, les collectes d’archives de l’immigration se sont développées en région. Notre partenariat avec les Archives départementales des BDR a permis la sauvegarde de 18 fonds associatifs de l’immigration, à ce jour, tels que ceux de l'ATMF, l'ASTI… Le deuxième élément décisif est l’implication croissante des habitants, soutenu par une diversité d’acteurs autour des thématiques du patrimoine de leur quartier et de leur ville.
L'ensemble des groupes sociaux issus des migrations sont représentés dans les recherches universitaires. Nous travaillons en lien avec les Universités, notamment celles de Nice et d’Aix-en-Provence dont les laboratoires de recherche en Histoire et sociologie participent à notre conseil scientifique, et contribue à la qualité de nos journées d’études, ainsi qu’à nos conférences. L'enjeu est que ces recherches ne restent pas confidentielles et soient restituées au grand public. 

Que dire sur l'histoire de l'immigration marocaine?

L'immigration marocaine comme toute immigration réinterroge le lien au pays d'origine car les migrants sont des passeurs de mémoires et pas seulement des pourvoyeurs de devise pour leur pays d'origine... Progressivement, les migrants et davantage encore les familles enracinées tiennent un autre discours sur leur pays, en tant que patrimoine et en tant que lieu de souvenirs d’enfance. Le passage de l’appartenance exclusive à la double appartenance change le rapport au pays d’origine. Ces questions auront l'occasion d'être soulevées au Maroc, dans la région de l'Oriental autour du séminaire intitulé "Les migrants passeurs de mémoire" qui se tiendra le mercredi 25 avril 2012 en partenariat avec le CEMMM, Centre d'études des mouvements migratoires maghrébins d'Oujda et avec le soutien du Ministère des ressortissants marocains à l'étranger. L’un des objectifs est de constituer un point d’étape dans le plaidoyer en faveur d’un lieu de mémoire au Maroc, dédié aux Marocains résidants à l’étranger.  

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com