Menu

Politique   Publié

Polémique des bénévoles belges à Taroudant : Le parlementaire du PJD présente ses «excuses»

Deux jours après avoir mis en doute le bénévolat des jeunes belges sous prétexte qu’elle «portent des habits de plage», Ali El Asri opère un rétropédalage. Mais le mal est déjà fait.

Temps de lecture: 2'
Ali El Asri, conseiller PJD au Parlement / DR

Le conseiller du PJD a fini par présenter ses excuses aux bénévoles belges. Jeudi soir, Ali El Asri a publié un nouveau post Facebook sur cette affaire. D'abord sur la forme, il a tenu à signer son message non seulement en tant que «parlementaire», mais aussi «membre du groupe d’amitié maroco-belge».

Autre particularité, son texte a été traduit en français, surement pour être lu par les familles belges. Un effort remarqué pour l’élu qui avait l’habitude de communiqué exclusivement en arabe et qui à l’occasion des sessions hebdomadaires des questions orales à la Chambre des conseillers, s’était montret farouche opposant à l’enseignement des matières scientifiques en langue de Molière.

Sur le fond, son message constitue un véritable rétropédalage habillé de formules réthoriques peu convaincantes. «Je réfute toute déformation de mes propos, et notamment toute insinuation à une quelconque incitation à la haine ou la violence, qui sont étrangères à mes convictions personnelles et aux principes auxquels j'adhère», a précisé El Asri.

«Je rejette toute mauvaise interprétation de mes propos, et regrette sincèrement tout tort ou désagrément que ces interprétations auraient causés.»

Ali El Asri

Le mal est déjà fait

Après avoir accablé ceux qui auraient donc mal interprété ses propos, le parlementaire PJDiste a présenté ses «excuses auprès de quiconque qui se serait senti blessé ou offensé suite à [ses] propos, en particulier, nos hôtes, jeunes femmes belges, ainsi que l’organisme auquel elles appartiennent».

Pour rappel, mardi soir, il n’avait pas hésité à mettre en doute la nature bénévole de l’opération menée par des filles belges sous prétexte qu’elles «portent des habits de plage» à Taroudant, «une région connue pour être conservatrice et qui résiste encore aux vagues de l’occidentalisation et de la nudité».

Face aux nombreuses réactions condamnant ses propos haineux, l’islamiste s’est présenté en victime du «terrorisme laïc» qui «use de toutes ses forces pour museler toutes les voix y compris celles des représentants du peuple au Parlement». Il en a profité pour enfoncer le clou en adressant une question écrite au ministre de l’Intérieur portant sur «la nature des chantiers réalisés ou supervisés par des étrangers au Maroc». Il a estimé que ces actions de bénévolats obéissent à «des objectifs non-déclarés», appelant en conséquence les services de Abdelouafi Laftite à les «surveiller» et «à s’en méfier».  

Depuis l’intervention d’Ali El Asri sur sa page Facebook, quelques jeunes filles sont retournées en Belgique sur la demande expresse de leurs parents. L’association Bouworde a annulé tout envoi de bénévoles au Maroc cet été. L'image du «Maroc terre de tolérance» a pris un nouveau coup quelques mois après le double meurtre terroriste de deux randonneuses scandinaves. 

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com