Menu

Politique Publié

Le prince Hicham porte un regard très critique sur la politique de Mohamed Ben Salmane

Le prince Moulay Hicham n’est pas de ceux qui couvrent d’éloges la politique autoritaire de Mohamed Ben Salmane en Arabie saoudite. Hier, il a eu l’occasion de porter un regard très critique sur la «vision 2030» de l’homme fort au royaume wahhabite lancée en 2016.

Temps de lecture: 2'
Le prince Moulay Hicham / DR

L’ancien chef de la diplomatie des Etats-Unis, George Shultz (1982-1989) a invité, hier, neuf participants à un débat sur le thème de «la gouvernance dans un monde en émergence» avec un zoom particulier sur la région du Moyen-Orient.

Les discussions ont porté sur l'évolution de la démographie dans la région, les rôles de la technologie au sein du gouvernement et de la société ainsi que les défis à surmonter à l'avenir pour l’ensemble des Etats de l’espace, rapporte la publication The Stanford Daily.

Le prince Moulay Hicham était sur la liste des invités de Shultz avec une intervention consacrée à l’Arabie saoudite. Un pays qu’il connait bien de part les liens familiaux avec des membres de la famille régnante à Ryad et le réseau de connaissances qu’il a tissé durant des années dans ce pays.

Regard critique sur la «vision 2030» de MBS

«Alors que le monde s'éloigne des hydrocarbures pour diverses raisons, il est impératif pour l'Arabie saoudite de revoir sa formule de croissance», a observé le cousin du roi Mohammed VI. Et si les autres intervenants étaient unanimes à inviter les gouvernements de la région à privilégier la formule «la jeunesse et la technologie» pour relever les défis du 3e millénaire, le prince s’est montré dubitatif quant à son adoption par Mohamed Ben Salmane.

Il s’est dit convaincu que Ryad ne parviendra pas à rompre avec l’ère de la rente pétrolière et surtout avec les vieux reflexes de l’ «Etat rentier», consistant à acheter la passivité des citoyens et leur acceptation d’un régime autoritaire avec des fonds provenant de la vente de ressources naturelles, indique la même source.

Le royaume wahhabite «veut les avantages d’une économie moderne mais sans en payer le prix», a constaté le cousin du roi Mohammed VI. Le prince Hicham a, également, porté un regard très critique à la «Vision 2030» lancée tambour battant par Mohamed Ben Salmane en 2016. Au terme, elle créera une «économie moderne mais sans modernité», a-t-il expliqué. Et pour cause, elle perpétuera le modèle de l’État rentier.

Et de mettre en garde les nombreuses voix prédisant un avenir rayonnant au projet du prince héritier. Les investissements du gouvernement saoudien dans la technologie et la jeunesse «pourraient créer une bulle qui éclaterait lorsque les recettes pétrolières diminueront», a-t-il conclu. 

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com