Menu

Société Publié

Un réseau de traite des êtres humains actif entre le Maroc et l’Indonésie démantelé

Temps de lecture: 1'
Des femmes indonésiennes sauvées de l'un des réseaux de traite des êtres humains. / Ph. Police indonésienne - The Jakarta Post

L’organe d’enquête criminelle de la police nationale a annoncé la découverte de quatre réseaux de traite d’êtres humains qui auraient envoyé 1 200 Indonésiens travailler en Syrie, en Turquie, en Arabie Saoudite et au Maroc.  

Selon le média indonésien The Jakarta Post, citant l’agence indonésienne de presse Antara, le directeur des enquêtes criminelles, le général Herry Rudolf Nahak a déclaré ce mardi au siège de la police à Jakarta que deux suspects avaient été arrêtés pour trafic présumé de personnes originaires de West Nusa Tenggara et de Jakarta au Maroc. Les deux hommes auraient envoyé leurs victimes de Sumbawa, dans l’ouest de Nusa Tenggara, à Jakarta, avant de les acheminer en Malaisie via Batam, dans les îles Riau. De Malaisie, les victimes ont été envoyées au Maroc.

«Ces travailleurs migrants indonésiens ont compris qu’ils avaient été dupés après avoir été forcés de subir de nombreuses violations» de leur droit, a-t-il déclaré citant «des actes de violence, des viols et des salaires impayés». «Ils se sont enfuis et ont signalé leurs cas aux ambassades ou aux consulats» de l’Indonésie, ajoute-t-il. Par ailleurs, la police a également arrêté des personnes qui auraient transporté des victimes en Turquie, en Syrie et en Arabie saoudite. Des étrangers tout comme des Indonésiens seraient aussi impliqués dans ces réseaux.

Les quatre réseaux ont promis aux victimes des emplois en tant que domestiques avec des salaires élevés et s’activaient depuis 2014. La police indonésienne inculpera les huit suspects en vertu de la loi relative à la traite des êtres humains, avec des peines qui peuvent aller jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle, conclut le média.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com