Menu

Politique Publié

Après la Syrie, les familles de Marocains en Irak veulent rapatrier leurs proches

Temps de lecture: 1'
Vue sur la ville irakienne de Bassorah / Ph. Fraternité en Irak

Dimanche 11 mars, le ministère marocain de l’Intérieur a annoncé dans un communiqué le rapatriement de huit nationaux «qui se trouvaient dans des zones de conflits en Syrie». L’opération s’est faite dans le cadre de la «contribution» du royaume aux «efforts internationaux de lutte contre le terrorisme, et en s’acquittant de la responsabilité de protection» de ses ressortissants.

Hier, «la Coordination des familles des détenus et des disparus marocains en Irak» s’est rappelée aux souvenirs des autorités marocaines. Elle a appelé «le gouvernement à s’occuper» de leurs proches «arrêtés durant l’occupation américaine de l’Irak et d’œuvrer à leur retour immédiat, et ce, en coordination avec les autorités irakiennes», indique l’association dans un communiqué publié sur sa page Facebook. Et d’affirmer qu’il y a «cinq prisonniers marocains» dans ce pays : Adnane Sehman, Ahmed El Boukadi, Mohamed Illouchen, Abdeslam El Bekkali et Abdellatif Tabili, «incarcérés depuis plus de 14 ans dans de mauvaises conditions».

La dernière intervention gouvernementale, toutefois timide, en faveur des détenus marocains en Irak est à mettre sur le compte de Saâdeddine El Othmani. En août 2012,  alors à la tête du ministère des Affaires étrangères, il avait adressé une lettre à son homologue de l'époque, Hochiar Zebari, au sujet d’un éventuel transfert des prisonniers marocains incarcérés en Irak vers leur pays d'origine. Les Marocains rapatriés de Syrie, eux, étaient entre les mains des Forces démocratiques syrienne, soutenues par les Etats-Unis.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com