Menu

Grand Angle

Espagne : L’exclusion sociale favorise la radicalisation des Marocains, selon une étude

Grâce aux techniques de neuroimagerie, une étude menée sur de jeunes marocains a démontré que ces derniers seraient plus enclins à se radicaliser s’ils subissaient une forme d’exclusion sociale.

Publié
Photo d'illustration. / Ph. DR
Temps de lecture: 2'

Une étude menée par des chercheurs de l’Université autonome de Barcelone (UAB) et de l’Institut de recherche Hospital del Mar (IMIM) affirme que «l’exclusion sociale favorise l’émergence de radicalisations violentes chez les jeunes», rapporte l’agence de presse espagnole EFE.

En réalité cette étude, publiée récemment dans la revue Frontiers of Psychology, est la première à démontrer les effets de l’exclusion sociale sur l’activité cérébrale et ce grâce aux techniques de neuroimagerie, souligne l’UAB.

Pour ce faire, 500 jeunes marocains ont été interrogés afin d’identifier les plus susceptibles de sombrer dans la radicalisation. Ainsi, 38 participants répondant à ces critères, c’est-à-dire ceux «disposés à défendre les valeurs sacrées prônées par les groupes djihadistes», ont été sélectionnés.

Tous les répondants sont des jeunes marocains scolarisés à Barcelone et ses environs. Ils seraient tous disposés, en plus de défendre des idéologies djihadistes, à «soutenir les milices djihadistes sur le plan économique, rejoindre un de ces groupes ou encore combattre et mourir pour eux», précise la même source.

Prêts à combattre et à mourir

Garantissant leur anonymat, les chercheurs les ont soumis à des séances de neuroimagerie. Pour ce faire, deux groupes ont été formés, ceux qui allaient être exposés à des simulations d’exclusion sociale et ceux qui n’allaient être que «des témoins à comparer».

Suite aux tests, l’activité cérébrale de chacun a été mesurée grâce à une machine à résonance magnétique. Il en ressort que «l’exclusion sociale, induite par un jeu interactif, a des effets appréciables aux niveaux neuronal et comportemental». Plus précisément, il existerait une relation «entre une plus grande activité dans une région du cerveau et la volonté de se battre et de mourir pour des valeurs sacrées», a expliqué le coordinateur de l’étude, Oscar Vilarroya, à l’agence EFE.

«Cela laisse à penser que l’exclusion sociale peut avoir un effet sacralisant sur ces valeurs communautaires, en les rendant plus semblables au sacré, tant au niveau de l’activité cérébrale qu’au niveau de la volonté de se battre et de mourir pour les défendre», ajoute pour sa part la chercheuse Clara Pretus. Par ailleurs, le coordinateur de l’étude souligne que bien que «[celle-ci] ait été réalisée sur un groupe de jeune marocains, les résultats peuvent être extrapolés à n’importe quel autre groupe de jeunes vulnérables à la radicalisation».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com