Menu

Politique Publié

Accusé de diffamation, Taoufik Bouachrine doit verser plus d’un million de dirhams

Temps de lecture: 1'
Taoufik Bouachrine, ex-directeur de publication du quotidien Akhbar Al Yaoum et du site Alyaoum24 / Ph. DR.

Condamné en première instance à une amende de 450 000 dirhams pour diffamation envers les ministres Aziz Akhannouch et Mohamed Boussaïd, le journaliste a vu ce montant alourdi en appel. En effet, la seconde juridiction casablancaise a condamné l’ex-directeur de publication du journal Akhbar Al Yaoum et du site Alyaoum24, mercredi, à 1 400 000 DH d’amende, dans le cadre de la même affaire.

L’AFP rappelle que le journaliste a fait l’objet de poursuites, dès 2015, après avoir accusé les ministres de l’Agriculture et de la pêche, Aziz Akhannouch, et de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaïd (limogé en août dernier) «d’avoir modifié un article de la loi des finances 2016 permettant à Akhannouch de prendre le contrôle du Fonds de développement rural, aux dépens du chef du gouvernement de l’époque, Abdelilah Benkirane».

Cité par la même source, Younes Maskine, qui a repris la direction du quotidien depuis l’arrestation de Taoufik Bouachrine en février dernier, considère ce nouveau verdict comme «une étape supplémentaire dans le processus visant à faire taire à jamais Akhbar Al Yaoum».

En novembre dernier, Taoufik Bouachrine a parallèlement été condamné à 12 ans de prison pour viol, harcèlement et agression sexuelle. Il doit verser à ses huit victimes des indemnisations allant de 10 000 à 500 000 DH.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com