Politique Publié

CCG : La coalition au Yémen a-t-elle fait les frais du vote contre Maroc 2026 ?

Le Maroc a décidé de boycotter une réunion en Arabie saoudite des ministres de la coalition arabe. Une décision annoncée au lendemain du vote des Saoudiens et des Emiratis contre la candidature marocaine à l'organisation du Mondial 2026.

Temps de lecture: 2'
Le roi Mohammed VI avec les émirs du Golfe / Archive - DR

C'est inédit. Depuis le lancement de la guerre saoudienne au Yémen, le 26 mars 2015, le Maroc n'a jamais séché une réunion de la coalition arabe. Mieux, le royaume a toujours clamé haut et fort son entière disposition à défendre la sécurité de l'Arabie saoudite.

Jeudi, le gouvernement El Othmani a indiqué que le ministre de la Communication et de la Culture ne prendra pas part à une rencontre, prévue le 23 juin à Djeddah, consacrée à l'examen des moyens visant à soutenir la «légitimité au Yémen».

Un «problème d'agenda» de Mohamed Laârej est avancé pour justifier cette absence. Cette annonce intervient seulement vingt-quatre heures après le refus de l'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis, fortement engagés dans la guerre contre les Houthis, d'appuyer la candidature marocaine à l'organisation au Mondial 2026.

Coup de menton ou virage politique ?

Une position que Mustapha El Khalfi, ministre des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, a «déploré» à l'occasion d'un point de presse tenu jeudi 14 juin.

Hier, le roi Mohammed VI a téléphoné à l'émir du Qatar, Tamim Bin Hamad, pour le remercier d'avoir supporter le «rêve du Maroc». «Au cours de cet entretien téléphonique Cheikh Tamim a informé le Souverain du plein soutien du Qatar au Maroc dans le cas où le Royaume présente sa candidature à l’organisation du Mondial 2030», souligne le cabinet royal dans un communiqué.

Une communication hautement symbolique et porteuse de messages aux autres «Etats frères» du Conseil de Coopération du Golfe ayant choisi de se ranger du côté des Etats-Unis de Donald Trump.

Malgré ses signaux convergents, il est difficile de savoir si ce «boycott» de la réunion de Djeddah des ministres de la Communication de la coalition arabe constitue un changement radical de la politique du Maroc, tant le royaume est lié aux monarchies du Golfe. Le véritable virage stratégique serait un retrait de la coalition militaire au Yémen.

L'alliance arabe contre les Houthis chiites est de plus en plus pointée du doigt dans des rapports d'organisations internationales des droits de l'Homme et même de l'ONU pour ses nombreuses exactions au Yémen.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com