En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Faits divers Publié

Maroc : Arrestation de l'un des deux hommes qui ont séquestré une enseignante espagnole

Temps de lecture: 1'
Photo d'illustration. DR

La Gendarmerie royale a arrêté lundi l’un des deux hommes ayant séquestré, dans la nuit de samedi à dimanche dernier, une professeure d’espagnol pendant plusieurs heures. L’information a été confirmée par les autorités locales de Larache, qui ont écarté toute revendication politique ou religieuse des ravisseurs, d’après le journal Heraldo.

Le mis en cause est un homme de 30 ans avec des antécédents judiciaires. Quant au deuxième homme, il a été identifié et est activement recherché dans la région nord-ouest du Maroc.

La professeure, qui exerce au collège espagnol Luis Vives de Larache, voyageait samedi sur une autoroute du nord du Maroc, à bord d’une voiture arborant une plaque d’immatriculation jaune similaire à celles des véhicules des diplomates, en compagnie d’un collègue exerçant dans le même établissement. Elle serait partie de la ville de Chefchaouen.

Son véhicule a d’abord été poursuivi puis pris d’assaut par celui à bord duquel se trouvaient les deux hommes, avant qu’il effectue une sortie de route.  

Les deux assaillants ont abandonné leur véhicule et laissé le professeur libre, tandis qu’ils sont montés à bord de la voiture de la femme, qu’ils ont séquestrée pendant six heures. Ils l’auraient également menacée avec une machette. En dehors du vol de la voiture lui-même, les motivations finales des ravisseurs n’ont pas été établies.

Une fois la Gendarmerie royale prévenue, celle-ci a lancé une opération de ratissage pour arrêter les deux hommes. Se sachant recherchés, ils ont libéré la femme et ont abandonné plus tard le véhicule avant de prendre la fuite.

Après avoir été transférée à son domicile de Larache, la victime a reçu des soins médicaux pour des blessures à la main et a ensuite été conduite à Tanger où elle a tenté d’établir un portrait robot des agresseurs, ont indiqué des sources proches de l’enseignante.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com