Menu

Economie Publié

Recyclage au Maroc, un business d'avenir ?

En France, les entreprises spécialisées s'arrachent les déchets, l'industrie du recyclage est organisée jusqu'au dernier détail. Loin s'en faut au Maroc, où les ramasseurs d'ordures forment toujours le début de la chaîne, gardant ce qui les intéresse et jetant le reste par terre. Pourtant le secteur ne manque pas d’atouts.

Temps de lecture: 2'
DR

«En intégrant le tri dans la gestion déléguée des déchets, le ramassage pourrait générer beaucoup de profits. Outre, le fait qu’il facilite l’opération de collecte et de traitement, le tri permet à la société délégataire de revendre les matières recyclables». Cette déclaration d’un responsable d’une entreprise de traitement de déchets renseigne sur la nécessité de la mise en place au Maroc d’un véritable système de ramassage des déchets.

Depuis 1999, diverses expériences ont vu le jour à Rabat et dans plusieurs autres villes, mais sans succès. La sensibilisation des populations, ainsi que leur implication et la volonté politique, font encore défaut. La réussite de la nouvelle expérience lancée en décembre dernier à Benslimane permettra de voir plus clair sur l’avenir du ramassage des ordures dans le royaume. Le tri des déchets industriels est pour le moment mieux réussi que ceux des ménages, et tend à se généraliser.

Secteur à investir

Au Maroc, les opportunités de développement du recyclage restent énormes et non encore suffisamment exploitées. Ce secteur se divise en quatre filières. En plus de celles du plastique, et du verre, la filière papier et carton, ainsi que celle des métaux, continuent des générer d’importantes plus-values à travers les sociétés de revalorisation opérant dans le secteur. Seulement, les acteurs du premier maillon du recyclage, à savoir les «récupérateurs», qui revendent les déchets collectés aux intermédiaires et autres grossistes, restent les parents pauvres du secteur.

Leur revenu journalier, malgré les risques sanitaires auxquels ils s’exposent, dépasse à peine les 60 dirhams. Alors que la tonne de carton rapporte en général 700 dirhams, le plastique et le fer étant vendus respectivement à 3 000 et 2 000 dirhams la tonne. Chaque année, les déchets ménagers produits au Maroc dépassent les 6,7 millions de tonnes et restent encore très largement inexploitées.

L’exemple de Ouarzazate : Générer de l'électricité, du charbon de bois, recycler le plastique...

A Ouarzazate, on semble avoir compris l’intérêt de l’exploitation de ces détritus, recyclables à 40%. Un projet initié par une filiale de la société anglaise Allied Solwin Limited, y permettra le traitement quotidien de 112 tonnes de déchets. Prévue sur le site de la décharge communale de Tarmigte, sur une superficie totale de 7 hectares, la centrale biomasse-solaire pourra générer une puissance nette de 4,73 GWh, l’équivalent de la consommation annuelle d’une agglomération de 7000 habitants.

Le site de Ouarzazate pourra également produire 840 tonnes de charbon de bois, 2730 tonnes de granulés de polymères (matière première pour les matières plastiques). L’exploitation des déchets devrait aussi permettre de produire annuellement  1750 tonnes de poudre de verre, et 2275 tonnes de poudre métallique, des produits dérivés qui pourront être réutilisés comme matière première.

De la créativité

Les opportunités et les débouchés ne manquent pas. Le cas de la France le montre, même si elle est souvent considérée en retard en matière de recyclage, par rapport à l'Allemagne ou encore les pays scandinaces. Toutefois, le recyclage y est devenu très professionnalisé et développé ces dernières années. Le plastique, par exemple, y est devenu une matière très convoitée par les professionnels du recyclage. Depuis une vingtaine d'années, une industrie dédiée s'est mise en place, et aujourd'hui, l'on trouve des stylo fabriqués à partir de bouteilles en plastique, de la moquette, de la laine polaire...  s'y arrachent les déchets. Le Maroc s’inspirera-t-il de la France, s'arrachera-t-on bientôt les déchets dans le royaume ?

recycling project
Auteur : Gussef
Date : le 15 octobre 2016 à 16h52
I have a diploma in geo-environmental and natural risks and I want to create a plastic recycling company .. nd I look for partners..ndiro ya reb7a ya deb7aa
If you are interested feel free to contact me : [email protected]
demande de partenariat
Auteur : mohammedia007
Date : le 14 mai 2016 à 14h05
apres mes respects
votre telephonne pour vous contacter
mercie
Collaboration
Auteur : Ali.K
Date : le 19 avril 2016 à 16h32
Bonjour,

5 ans plus tard, le Maroc est encore bien à la traine en ce qui concerne le tri et à la valorisation des déchets ...
Le retour au pays a-t-il bien eu lieu et un partenariat pour créer un projet dans le domaine vous intéresse-t-il toujours ?

Avis aux entrepreneurs qui cherchent à se lancer : c'est un secteur porteur et il me semble que tout reste à faire ...

N'hésitez pas à me contacter: [email protected]



traitement de dechets plastique
Auteur : Poiuytreza0987654321
Date : le 15 novembre 2015 à 11h39
Jeune marocain interessé au projet de traitement de plastique ,j ai un capital limité , je veux que vous me renseigner des machines et leur prix comme ( presse a balle , broiyeur ) merci
recyclage plastique
Auteur : recyclage plastique
Date : le 28 août 2015 à 14h48
Bonjour, je suis un jeun marocain résidant a Casablanca, je fait maintenant une étude de projet a propos le recyclage de plastique pour faire une petite entreprise prochainement inshaalah,je n'hesite pas à trouver un partenaire.
mes coordonnées :tel
0694267852
[email protected]
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com