Menu

Archive Culture   Publié

Nomad #52 : Saint John, refuge pour les chrétiens lors du débarquement américain à Casablanca

L’église évangéliste de Saint John est un des lieux de prière les plus authentiques à Casablanca. Le lieu de culte a été construit en 1906, pour accueillir la communauté chrétienne anglophone. Il a joué un rôle crucial durant la Seconde guerre mondiale à Casablanca, spécialement durant le débarquement américano-britannique. Détails.

Temps de lecture: 3'
L’église évangéliste de Saint John est un des lieux de prière les plus authentiques à Casablanca./ Ph. Mehdi Moussahim - Yabiladi
Ph. Mehdi Moussahim - Yabiladi
Ph. Mehdi Moussahim - Yabiladi
Ph. Mehdi Moussahim - Yabiladi
Ph. Mehdi Moussahim - Yabiladi

C’est dans une des rues les plus animées de Casablanca que se trouve l’église évangéliste anglicane de Saint John. Elle est connue comme étant «l’église britannique» depuis son inauguration au Maroc. Durant une visite organisée par l’ambassade américaine et le ministère marocain du Tourisme, Yabiladi a eu la chance de se balader entre les murs de cet ancien lieu de culte, toujours en activité.

Juste à côté de l’hôtel Hyatt Regency, dans la rue Guej, l’église a été construite en dehors des murs de l’ancienne médina. Selon la brochure récupérée par Yabiladi durant la visite, l’idée de la construction d’une église anglophone à Casablanca nous ramène 113 ans en arrière. «En 1904, les membres de la communauté britannique à Casablanca ont élaboré un plan, qui est devenu par la suite l’église évangéliste de Saint John», indique l’introduction de la brochure.

«Le lieu choisi se trouve sur le cimetière des expatriés britanniques qui a été acheté 40 ans auparavant.»

Un an plus tard, Bruce Maclean, le Consul britannique à Casablanca a donné l’ordre à un cabinet d’architectes de poser la première pierre de l’église le 12 mai 1905. Dès l’été 1906, l’église était prête, cinq ans plus tard, elle fût inaugurée.

Si le lieu de culte avait un avenir prometteur, il a tout de même traversé de nombreuses épreuves. Lors de la présentation du lieu à l’occasion de la visite organisée, le révérend Canon Dr Medhat Sabry expliquait que «début août 1907, l’église a été pillée et a échappé de peu à une totale destruction». Selon l’homme de foi, les membres de la famille Er Rehali qui prenait soin du lieu de culte ont été kidnappés et pris en otage jusqu’au paiement de la rançon par l’église.

Plus tard, un autre évènement plus dramatique viendra endeuiller le lieu de culte. Les premiers aumôniers choisis pour servir à l’église meurent peu de temps après leur arrivée. Bien des années après, l’église sera gérée par des aumôniers saisonniers et à mi-temps, jusqu’à l’arrivée d’un aumônier à plein temps. «En 1934, le révérend GFB Morris a été désigné. Le révérend Cecil Green lui a succédé et a servi l’église jusqu’à 1983», indique la même source.

Les vitraux de l'église sont parés de mille couleurs. / Ph. Mehdi Moussahim - YabiladiLes vitraux de l'église sont parés de mille couleurs. / Ph. Mehdi Moussahim - Yabiladi

Le rôle de l’église durant la Seconde guerre mondiale

L’église évangéliste de Saint John détient une valeur historique dans la capitale économique du royaume, puisqu’elle servait de refuge à ceux qui ont atteri au Maroc durant la Seconde guerre mondiale. Ici, on parle du célèbre débarquement américano-britannique qui a eu lieu en 1942 à Casablanca. «Le général George S.Paton et d’autres militaires assistaient régulièrement aux services», rappelle le révérend.

«Pour témoigner l’importance de Saint John aux yeux des troupes, le général a fait une donation d’une chaire de chaîne d’une finesse rare, en mémoire aux militaires morts en défendant la ville. Bien des années plus tard, sa femme offrira une table de communion en sa mémoire.»

L’église était un point de rencontre central pour tous les expatriés anglophones vivant à Casablanca à cette époque. Aujourd’hui le lieu de culte est aussi un havre de paix pour nombre de chrétiens, mais aussi un endroit magnifique à visiter pour tous les amoureux du patrimoine historique de la ville Blanche. Son architecture occidentale et ses murs en pierre offre un décor et une atmosphère apaisante. La minutie des détails à l’intérieur et à l’extérieur séduisent le regard des visiteurs.

L'église de Saint John, se situe dans l'une des rues les plus animées de Casablanca. / Ph. Mehdi Moussahim - YabiladiL'église de Saint John, se situe dans l'une des rues les plus animées de Casablanca. / Ph. Mehdi Moussahim - Yabiladi

Tout au long ‘ commémorent des êtres chers. L’endroit dispose de multiples fenétres décorées de verres de couleurs qui symbolisent Jésus Christ et la vierge Marie. Près de l’église se trouve un jardin agréable, avec des fleurs sur les tombes des expatriés britanniques qui ont vécu au Maroc.

L’église évangéliste de Saint John est encore ouverte pour ceux qui souhaitent prier dans l’une des églises les plus authentiques de la ville. S’il n’y a plus d’enterrements, les funérailles, mariages et autres cérémonies peuvent y être organisées. L’église donne également des cours d’apprentissage de la Bible et d’autres programmes tels que le baptisme, des classes de confirmation et des services de prière.

Les visiteurs peuvent venir du lundi au vendredi, de 9h à 13h.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com