Menu

Archive Culture   Publié

Nomad #45 : La Mahkama du Pacha, le bijou casablancais de l'architecte Auguste Cadet

La Mahkama du Pacha à Casablanca est avant tout un bâtiment administratif, qui servait de palais de justice dans la ville économique. Edifié à l’époque du protectorat, le lieu est une ode à l’architecture traditionnelle marocaine. Détails.

Temps de lecture: 2'
La construction de la Mahkama du Pacha a été entamée en 1941. / Ph. Christian Laheyne

La Mahkama du Pacha est un bijou architectural casablancais. Située au quartier des Habous, c’est une étape incontournable pour tout touriste emporté dans les dédales des rues de la plus grande ville du Maroc.

L’édifice a été entamé en 1941 et sa construction a duré près de dix ans. A l’origine de cet endroit majestueux, Auguste Cadet, un architecte amoureux du royaume qui a fait toute sa carrière au Maroc.

Sur 6000m2, l’ensemble de la Mahkama (Palais de justice en arabe) enchante le regard. «Cet édifice témoigne de la richesse et de la diversité de l’artisanat marocain. En effet, la pénurie des matériaux pendant la deuxième guerre mondiale a donné l’occasion à l’architecte de mettre en œuvre les matériaux locaux et les techniques traditionnelles», déclare à Yabiladi l’architecte Abderrahim Kassou.

La façade austère en pierre contraste avec l’intérieur. Une fois au cœur de l’édifice, on ne peut être qu’ébloui par la décoration riche en zellige, plâtre et bois de cèdre sculpté.

La Mahkama du Pacha se situe au quartier Habous à Casablanca. / Ph. DRLa Mahkama du Pacha se situe au quartier Habous à Casablanca. / Ph. DR

Epoque du protectorat

«Deux entrées en chicane permettent d’y accéder. De plus un grand patio donne un accès aux salles d’audience et au bureau du pacha, tout en donnant sur la grande cour composée de bassins plantés de cyprès et d’orangers organisés autour d’une fontaine. Les murs monumentaux en maçonnerie de pierre donnent à cet espace une allure de château médiéval», indique l'architecte interrogé. La succession d’espace est originale, loin de l’idée qu’on se fait des bâtiments administratifs. «L’étage est une galerie auquel on accède avec un escalier en pierre en colimaçon», décrit Abderrahim Kassou.

Désormais inscrit comme patrimoine national par le ministère de la Culture, le bâtiment est un leg de la période du protectorat au Maroc. Selon notre source, «le site est plutôt en bon état, il est intéressant à connaître et à visiter. Il reprend les éléments de l’architecture traditionnelle, lors de l’occupation française».

Auguste Cadet est l'architecte à l'origine de ce bijou casablancais. / Ph. DRAuguste Cadet est l'architecte à l'origine de ce bijou casablancais. / Ph. DR

Auguste Cadet, l’architecte à l’origine de la Mahkama du Pacha a conçu plusieurs édifices importants du Maroc, «dont le palais royal à Ifrane. Avec Edmond Brion, (ils collaboraient souvent, ndlr) ils sont derrière le bâtiment Bank Al-Maghrib à Rabat et quelques bâtiments importants au boulevard Mohammed V. Auguste Cadet a participé à la mosquée d’Ain Chock et quelques maisons du quartier des Habous».

L’architecte français, décédé en 1956 au Maroc, disposait d’une demeure dans le quartier Oasis à Casablanca. Il a passé toute sa carrière au Maroc. «Sa maison a été démolie il y a quatre à cinq ans environ. Cette dernière était une référence, usant de techniques traditionnelle et témoignait de la qualité de l’artisanat marocain», regrette l’architecte.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com