Menu

Article

Laâroui, Imzouren, le «Hirak» s’est déplacé vers d'autres localités du Rif

En attendant la grande marche du 27 août, Imzouren et la commune de Laâroui ont connu samedi et dimanche soir des manifestations.

Publié
Marche à Imzouren / Ph. Zefzafia - Twitter
Temps de lecture: 2'

Le «Hirak» s’est déplacé provisoirement en périphérie d'Al Hoceima, vers Laâroui et Imzouren. Les deux localités ont connu, respectivement samedi et dimanche, des manifestations dites de «loyauté aux détenus» du mouvement de contestation au Rif, pourtant interdites par les autorités.

Dans la commune de Laâroui relevant du territoire administratif de Nador, la mobilisation n’était pas au rendez-vous comme ce fut le cas dans d’autres occasions. En cause, l’absence des membres Al Adl wal Ihsane. La Jamaâ a visiblement pris ses distances avec l’appel lancé par le comité local d’appui au «Hirak». Une absence qui n’est pas sans soulever des interrogations, alors que les disciples d’AWI étaient le fer de lance de deux protestations survenues fin mai à Laâroui et Nador.

Malgré cette affluence plus faible, des affrontements ont été enregistrées à Laâroui qui se sont poursuivis jusqu’aux premières heures du dimanche 13 août, souligne le comité d’appui au Hirak dans un communiqué relayé par des médias à Nador.

A Imzouren, des appels au report de la marche rejetés 

La même instance a fait état d’arrestations de manifestants mais sans en préciser le nombre et a appelé à leur libération. Elle a également mentionné plusieurs blessés toujours parmi les participants à la marche interdite. En revanche aucun chiffre n’a été communiqué sur les blessés dans les rangs des forces de l’ordre par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

A Imzouren, la ville a assisté à un scénario similaire ce dimanche. Dès l’après-midi, les informations en provenance du Rif, avec photos à l’appui, faisaient état de déploiement massif des forces de sécurité. Face à une telle présence policière et craignant le pire, des appels ont été lancés sur les réseaux sociaux invitant les rifains à rester chez eux et à reporter la marche à une date ultérieure. Des initiatives rejetées par un groupe de manifestants décidé à aller jusqu’au bout. Il est encore prématuré d’avancer un bilan précis sur les personnes arrêtées à Imzouren même si de nombreuses estimations ont circulé.

Si les meneurs du «Hirak» ont opté, samedi et dimanche, pour Laâroui et Imzouren, Al Hoceima devrait bientôt renouer avec les protestations massives : une grande marche est ainsi prévue pour le 27 août.

Article modifié le 14/08/2017 à 11h57

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com