Menu

Société Publié

France : Un membre de l’association de la mosquée En-Nour fiché S

Temps de lecture: 1'
La mosquée En-Nour continue de faire polémique. / Ph. Jean-françois Ottonello

Après l’enquête sur l'origine de ses financements, la mosquée En-Nour à Nice continue de faire parler d’elle. Cette fois-ci, c'est un membre de l’association cultuelle chargée de la gestion du lieu de culte qui est fiché S et fait l'objet d'un suivi par les services de renseignements, indique Valeurs actuelles.

Christian Estrosi, ancien maire de Nice, a sollicité le Premier ministre Bernard Cazeneuve via un communiqué le 4 avril. «Bernard Cazeneuve doit des explications aux Niçois. Nous demandons la fermeture immédiate de ce lieu», tance ce dernier.

Le quotidien Nice-Matin a le premier révélé l’information : «Cela fait des années que j’alerte le gouvernement sur les risques liés à l'ouverture à Nice, dans la Plaine du Var, d'un lieu de culte financé par l'Arabie Saoudite. (...) Ce lieu a été ouvert sans qu'aucune garantie de transparence n'ait été apportée», a déclaré Christian Estrosi.

L’homme politique de poursuivre sur sa lancée dans le communiqué : «Ce n’est pas la première fois que des mensonges ou des omissions du Ministère de l’intérieur menacent la sécurité des français et des Niçois (…) Bernard Cazeneuve ne pouvait pas ignorer la situation.»

«Je rappelle que le 7 avril 2016, je dénonçais un convoi de plusieurs véhicules entrés sur le tarmac de l’aéroport de Nice en bénéficiant d’une exemption de filtrage et que dans son sein figuraient deux personnes fichées S. J’avais alors demandé au gouvernement de nous certifier qu’aucune de ces personnes faisait l’objet d’une fiche S. Je n’ai jamais reçu de réponse», rappelle l’adjoint au maire de Nice.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com