Menu

Société Publié

Les migrants subsahariens en banlieue de Nador font l'objet d’un nouveau ratissage

Temps de lecture: 1'
Une énième campagne de ratissage pour déloger les candidats subsahariens à l'immigration, près de Nador. / Ph. Facebook AMDH Nador

Des migrants subsahariens ont été délogés de Boulingo et de la Carrière, en banlieue de Nador, mercredi 15 février, rapporte la section locale de l’Association marocaine des droits de l’homme (AMDH). Près de 50 véhicules et des dizaines de membres des forces de l’ordre ont procédé à l’opération.

Ce grand ratissage a commencé à 7 heures pour s’achever vers 13 heures, selon la même source. L’AMDH a comptabilisé 43 abris détruits à Boulingo, 12 blessés et 2 personnes souffrantes, dont une femme. Près de 35 migrants ont été arrêtés et se trouveraient actuellement au siège de la gendarmerie. Certains d’entre eux viennent de présenter leur demande de régularisation.

«Ces opérations de ratissage se produisent tout le temps. Ce n’est pas la première fois qu’on les rafle. De temps à autre, les forces auxiliaires viennent les chercher», rappelle Souad Lazreq, présidente de la section de Nador, contactée par Yabiladi. D’après elle, les migrants, qui se sont installés dans les bois, envisageaient de rejoindre l’Europe. «Ils ont dû faire face à des conditions difficiles au cours de leur voyage jusqu’au Maroc.»

Interrogée sur le sort des migrants après la rafle, l’activiste nous répond qu’«ils seront éloignés, transportés vers d’autres régions dans des autocars délabrés et déposés dans les environs d’une ville. Ils (les autorités, ndlr) les déposeront à cinq kilomètres de Fès, Safi, Tiznit, toujours au plus loin de la ville. Je pense qu’ils se dirigent de plus en plus au sud, mais on ne sait pas où exactement».

«Toutes ces violations sont commises alors que les autorités marocaines disent avoir ouvert une deuxième campagne de régularisation. A quoi cela sert-il d'ouvrir un bureau de régularisation à Nador si les migrants sont arrêtés et poursuivis avant qu'ils l'atteignent ?», s’interroge, sceptique, Souad Lazreq.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com