Menu

Archive Culture   Publié

Nomad #11 : Vestige romain de Banassa, des ruines gorgées d’histoire

Dans la série #Nomad, Yabiladi vous propose des articles sur les sites touristiques marocains. Aujourd’hui, nous partons à la découverte des ruines de Banassa, endroit parfait pour l’archéologie, voyage vers une époque lointaine.

Temps de lecture: 2'
Le site de Banassa, situé à 17 kilomètres de la ville de Mechra Bel Ksiri, dans la région Rabat-Salé-Kénitra. / Ph. jyroc.

Le Maroc regorge de sites archéologiques de l'époque romaine d’exception. Si Volubilis est le plus célèbre, il en existe un autre moins connu mais tout aussi beau. Le site de Banassa, situé à 17 kilomètres de la ville de Mechra Bel Ksiri, dans la région Rabat-Salé-Kénitra.  Pour y aller, si vous êtes à Rabat, il faut prendre l’autoroute en direction de Tanger, bifurquer sur la sortie Kénitra Nord vers Sidi Allal Tazi. Quelques kilomètres avant d’arriver à Sidi Allal Tazi, bifurquez à droite en direction de Mechra Bel Ksiri. Un panneau «Banassa» apparaitra au bout de 20 kilomètres, et vous voilà arrivés à destination.

Les ruines de Banassa se situent sur la rive gauche de l’oued Sebou et entourent le marabout de Sidi Ali Ben Jenoun. L’endroit regorge de mosaïques datant de l’antiquité, aux formes géométriques et mythologiques, visibles dans les thermes. Les «thermes aux fresques» disposent d’une mosaïque de triton, avec plein de poissons autour. Certaines stèles ont encore les traces des pieds de statues qu’elles portaient (Isis, Minerve…). Les ruines sont chargées d’histoire, et vous promener autour vous transporte dans l'antiquité romaine. L’air est pur, la plaine verdoyante, le décor parfait pour les amateurs de marche.

Pour la petite histoire, si Banassa est entourée d'une plainetrès fertile aujourd'hui, c'est parce qu'elle est située sur une ancienne plaine marécageuse. En 1919, des travaux d’assèchement et de régularisation du fleuve Sebou ont été entamés en 1919, par la compagnie portant le même nom que l’Oued. C'est l’Oued qui se trouve à proximité de Banassa a permis à la ville de s'étendre.

Les ruines de Banassa. / Ph. DRLes ruines de Banassa. / Ph. DR

Vestige Romain en ruine

Selon Archimedia, les ruines ont été identifiées en 1871. Les premières fouilles ont été effectuées lors du protectorat français, sous la direction de R.Thouvenot en 1933. Des fouilles intensives de 1942 à 1954 ont dégagé l’essentiel de la ville dans l’aperçu que l’on a aujourd’hui. Certains objets archéologiques ont été découverts sur le site et sont exposés au musée archéologique de Rabat.

Tous les travaux de recherche ont permis de mettre en relief les civilisations qui ont vécu dans la région : les phéniciens, les carthaginois, y ont élu domicile. Les romains au début de leur occupation, utilisaient Banassa comme camp militaire probablement. Peu de temps après la ville commence à prendre forme, les rues se dessinent, une basilique judiciaire est construite, un temple en plus de thermes.

Des inscriptions sur les ruines. / Ph. jyrocDes inscriptions sur les ruines. / Ph. jyroc

Les Romains continuèrent de vivre tranquillement à Banassa (nommée Colonia Aurelia, sous le règne de Marc-Aurèle), mais à la fin du IIIème siècle, l’empire était menacé sur ses frontières. Les habitants durent se replier et évacuer la cité. La ville cessa d’exister à ce moment, et ne subsistèrent des maisons et des monuments que les ruines. Des siècles passèrent, entretemps des marabouts élurent domicile dans le site. Trois pour être exacts, le plus influent étant Sidi Ali Ben Jenoun. Ce dernier attire toujours des fidèles.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com