Menu

Sport Publié

Judo : Le Maroc aux JO, l’interview croisée de Rizlen Zouak et Asma Niang

Les athlètes marocains qualifiés pour les JO de Rio d’août prochain intensifient leur préparation et les judokas n’y font pas exception. Rizlen Zouak (63kg), franco-marocaine qui fût en 2012 la première femme dans l’histoire du judo à représenter le Maroc aux JO, et Asma Niang, sénégalo-marocaine, championne d’Afrique 2016 des 70 kg, sont les deux judokas féminines qui défendront le drapeau rouge frappé d'une étoile verte à Rio de Janeiro. Dans un entretien avec Yabiladi, elles reviennent sur leur qualification, leurs préparatifs et leurs ambitions pour la grande messe olympique.

Temps de lecture: 3'
DR

Vous serez les seules à représenter le judo féminin marocain aux JO. Que représente pour vous cette qualification ?

Rizlen Zouak : Cette deuxième qualification est une confirmation d'un long travail et sacrifice durant ces quatre dernières années. Je suis très heureuse et fière d’aller aux JO pour la deuxième fois. Le fait que nous soyons deux me réjouis également, car, plus il y a des représentants pour un pays, plus les chances d’obtenir une médaille se multiplient. Ma fierté est encore plus grande parce que pour la première fois, le judo marocain sera représentée par une majorité de femmes que d’hommes [Un seul judoka a remporté son ticket pour les JO,ndlr]. C'est un honneur pour nous de mettre en avant le judo féminin.

Asma Niang : Rejoindre Rizlen parmi les femmes représentant le judo marocain aux JO constitue une grande fierté pour moi, non seulement par rapport au Royaume, mais aussi par rapport à toutes les femmes sportives africaines. Ma victoire au championnat d’Afrique à Tunis fut le point culminant d’une succession de compétitions pour atteindre la qualification. Lors de ces deux dernières années, j’ai cumulé 6 médailles en Grand Prix, qui m’ont permis de me classer dans le top 14 mondial, la condition sine qua non pour me qualifier. J’espère que les années à venir, plusieurs autres Marocaines auront cette chance.

L’Arena Carioca 2, le gymnase de 10 000 spectateurs qui accueillera l’épreuve de judo aux Jeux Olympiques de Rio du 5 au 21 août prochain, a été inauguré le 14 mai dernier. Qu’avez- vous ressentis en l’apprenant ?

R.Z. : J’étais très contente. Le gymnase a été inauguré le jour de mon anniversaire, peut-être un signe ! (Rires). En tout cas, je me suis dit : "ça approche, les jours passent vite et il ne faut rien lâcher".

A.N. : Sur le coup, j’étais très impatiente d’y être et positivement stressée aussi. Je me suis juste dit : "tu ne peux rien laisser au hasard, prépare-toi bien pour régaler ces 10 000 spectateurs".

Vous êtes à une phase importante de votre préparation, puisque les JO démarrent dans moins de deux mois, n’est-ce pas difficile avec le ramadan ?

A.N. : Pas vraiment, le jeune est difficile lorsque l’on s’alimente mal et consomme trop de sucre le soir. J’ai une diète et une hygiène de vie irréprochables qui me permettent de m’entraîner et de récupérer au mieux.

R.Z. : Je ne fais pas le ramadan dû à mon problème de santé que j'ai eu en 2006 j'ai failli avoir une dialyse pour les reins et je suis anémique.

Vous êtes binationales et vivez à Paris. Quel est votre rapport avec le Maroc ?

A.N. : Mon rapport avec le Maroc est fort puisque je suis née à Mohammedia et que j’ai passé mon enfance au Maroc. Ce que j’aime le plus dans mon pays, c’est son odeur, sa chaleur, sa générosité, son hospitalité et sa foi.

R.Z. : La gentillesse des gens au Maroc est vraiment unique. Même si la personne n'a pas d’argent elle sera là pour t’aider, te nourrir… Tu peux aller chez n’importe quel Marocain, il t’accueillera comme si tu étais de la famille. La gastronomie aussi, j’en raffole. Mon pays, c'est toute mon enfance. Je passais toutes mes vacances d’été avec ma famille à Sidi Kacem, que des bons souvenirs ! Chaque fois que j’en ai l’occasion, je prends le premier vol pour y retourner.

Rizlen, vous rêvez de médaille aux JO...

Absolument! Tous les jours on s'entraîne pour n’importe quel événement lié à notre carrière. Les JO ont lieu tous les quatre ans et cette médaille fait tellement rêver que je m’entraîne pour. Tout est possible dans la vie. Le mental est ce qui va jouer le jour J. Pour ma part, j'ai mon préparateur mental qui m’aide à ne voir que du positif dans les entraînements et ne penser qu'à cette médaille.

À la cérémonie des Mars d’Or début mai, Asma, vous déclariez aller à Rio de Janeiro pour défendre les couleurs du Maroc de toutes vos forces. Quel est votre objectif ultime ?

A.N. : Mon objectif est de tout donner à Rio. Quelle que soit mon adversaire, quelle que soit ses ressources, je suis préparée. Je sais que je donnerai tout. Je me le dois à moi, mais aussi à toute une nation.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com